POLITIQUE
07/01/2013 07:08 EST | Actualisé 09/03/2013 05:12 EST

Ottawa accusé de vouloir discréditer les leaders Amérindiens

CP

Les Amérindiens canadiens ont accusé lundi le gouvernement conservateur de chercher à discréditer leur mouvement de contestation sociale, après la publication d'un document commandé par Ottawa suggérant des malversations dans l'aide publique à une communauté emblématique.

Le Canada fait face depuis un mois à la grogne des autochtones (Amérindiens, Métis et Inuits) qui manifestent et bloquent routes et voies ferrées pour dénoncer leurs conditions de vie, accusant Ottawa de les négliger.

Ce mouvement, baptisé "Idle No More" (Nous ne sommes plus passifs), a pour symbole la grève de la faim de Theresa Spence, chef de la tribu Attawapiskat, une communauté de moins de 3.000 Amérindiens au nord de la province de l'Ontario.

Mais au 28e jour de son jeûne très suivi, la tribu de Mme Spence a dû répondre à des soupçons de malversations, après la publication dans plusieurs médias d'un audit embarrassant, qui avait été commandé par le gouvernement fédéral, désireux de savoir comment ses subventions étaient dépensées.

Sur la période étudiée, entre avril 2005 et novembre 2011, Ottawa a versé 104 millions de dollars aux Attawapiskat. Mais, souligne le cabinet Deloitte, auteur du rapport, 80% des dépenses passées au crible n'étaient pas suffisamment documentées. Et plus de 60% des transactions n'ont tout bonnement aucune justification, note Deloitte.

La fuite dans les médias de ce document intervient alors que le Premier ministre Stephen Harper avait lâché du lest vendredi face au mouvement de contestation des autochtones, acceptant de rencontrer les dirigeants des Premières Nations le 11 janvier.

Le porte-parole de la chef Theresa Spence a immédiatement accusé le gouvernement d'avoir orchestré cette fuite. Les troupes de Stephen Harper "essaient de décrédibiliser le mouvement" de contestation, a déclaré à la presse Danny Metatawabin.

Cité par la télévision publique CBC, Theresa Spence a aussi dénoncé une opération visant à détourner l'attention "des vrais problèmes" qui restent, selon elle, les mauvaises conditions de vie des 1,2 million d'autochtones du Canada.

Elle a reçu le soutien du numéro 2 de la province d'Ontario, le ministre des Finances Dwight Duncan, qui a accusé sur Twitter le gouvernement fédéral "d'essayer de discréditer les dirigeants autochtones."

sab/are