NOUVELLES
07/01/2013 09:42 EST | Actualisé 09/03/2013 05:12 EST

Le pétrole en baisse à New York, reprenant son souffle après de forts gains

Le pétrole a ouvert en baisse lundi à New York, se repliant après les forts gains enregistrés la semaine dernière et pâtissant d'un regain de vigueur du dollar, qui pèse sur l'achat des matières premières libellés dans la monnaie américaine.

Vers 14H20 GMT, le baril de référence pour livraison en février lâchait 29 cents, à 92,80 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Même en léger recul, les cours du brut "restent à un niveau très élevé, proche du plus haut en plus de trois mois observé en milieu de semaine dernière", a remarqué Robert Yawger, de Mizuho Securities USA. Aussi le marché "se place en léger retrait", a-t-il constaté.

Selon l'analyste, les prix ne devraient pas reculer nettement "car les cours de la Bourse sont eux-mêmes à un très haut niveau, (l'indice élargi) Standard and Poor's 500 clôturant par exemple à un son plus haut en cinq ans vendredi", a ajouté M. Yawger.

Les investisseurs s'approchaient par ailleurs timidement du marché en ce début d'une semaine dépourvue d'indicateurs économiques majeurs.

Ils surveilleront toutefois mercredi la publication des chiffres du département américain de l'Energie sur les réserves de pétrole aux Etats-Unis, qui "devraient rebondir, au vu du fort recul observé la semaine dernière", selon Matt Smith, de Schneider Electric.

Les autorités américaines ont en effet fait état d'une baisse de plus de 11 millions de barils des stocks de brut sur la dernière semaine de 2012.

Les courtiers garderont aussi un oeil jeudi sur les discours de deux membres de la banque centrale américaine (Fed), Esther George, présidente de la Fed de Kansas City, et Narayana Kocherlakota, à la tête de la Fed de Minneapolis, scrutant tout signe d'un possible changement de politique de l'institution, a noté M. Yawger.

Les minutes de la dernière réunion de la Fed, publiées jeudi dernier, ont suggéré que l'institution pourrait mettre fin plus tôt que prévu à ses mesures d'assouplissement monétaire.

Or les mesures de soutien de la Fed à l'économie américaine, via des injections de liquidités, conduisent à diluer la valeur du billet vert, ce qui rend plus attractifs les achats de brut, libellés en dollars, pour les investisseurs munis d'autre devises.

jum/sl/sam