NOUVELLES
07/01/2013 07:08 EST | Actualisé 09/03/2013 05:12 EST

L'armée égyptienne met en échec une tentative d'attentat contre une église (agence)

L'armée égyptienne a mis en échec une tentative d'attentat lundi avant l'aube contre une église copte à Rafah, une ville frontalière de la bande de Gaza, selon l'agence officielle Mena.

"Des patrouilles de l'armée ont réussi à mettre en échec une tentative d'attentat contre l'église de Rafah à 01H00 (23H00 GMT dimanche)", alors que les Coptes, les chrétiens d'Egypte, célébraient Noël, a indiqué Mena.

Ces patrouilles, a précisé l'agence, ont saisi une voiture Toyota remplie d'armes et de munitions près de l'église tandis qu'une seconde voiture à bord de laquelle se trouvaient des hommes masqués a pris la fuite.

Selon des sécurité de sécurité, l'église, la seule à Rafah, étaient abandonné depuis deux ans après avoir été incendiée et pillée dans la foulée de la révolte contre le président aujourd'hui déchu Hosni Moubarak.

Ces sources n'ont pas exclu que la tentative d'attentat visait un campement militaire en cours de construction dans le secteur et qui a déjà été attaqué par des islamistes radicaux dans le passé.

Les services de sécurité égyptiens annoncent épisodiquement des arrestations et des saisies d'armes dans la péninsule voisine du Sinaï, par laquelle transite illégalement des armes destinées à Gaza.

Le Sinaï connaît un regain d'instabilité depuis la chute du régime Moubarak en février 2011, avec une intensification des activités de groupes radicaux qui prennent régulièrement l'armée et la police pour cibles.

Vendredi, les services de sécurité ont annoncé y avoir saisi des missiles de fabrication américaine destinés à la bande de Gaza contrôlée par les islamistes palestiniens du Hamas qui prônent la lutte armée contre Israël.

Les Coptes orthodoxes célébraient lundi leur premier Noël sous un pouvoir issu des Frères musulmans, dans un climat d'inquiétude face à la montée en puissance de l'islam politique, en dépit des assurances des autorités.

Depuis son élection en juin, le président égyptien Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, a promis de garantir les droits et l'égalité de tous les citoyens, sans distinction de religion.

Mais ces propos n'ont pas suffit à rassurer les Coptes, qui représentent 6 à 10% des quelque 83 millions d'Egyptiens. Beaucoup d'entre eux parlent désormais de l'exil, citant l'exemple de proches ou de voisins.

Cette communauté chrétienne est la plus nombreuse du Moyen-Orient et l'une des plus anciennes. Déjà très peu représentés dans les instances gouvernementales et la haute fonction publique en Egypte, ils redoutent de se voir davantage marginalisés.

str-hj/tp

PLUS:afp