Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

James Holmes, le présumé tireur d'Aurora, sera de retour devant la justice lundi

This photo released on Sept. 20, 2012 by the Arapahoe County Sheriff's Office shows James Holmes. Holmes is being held on charges in the shooting at an Aurora, Colo., theater on July 20 that killed 12 people and wounded 52. (AP Photo/Arapahoe County Sheriff)
This photo released on Sept. 20, 2012 by the Arapahoe County Sheriff's Office shows James Holmes. Holmes is being held on charges in the shooting at an Aurora, Colo., theater on July 20 that killed 12 people and wounded 52. (AP Photo/Arapahoe County Sheriff)

CENTENNIAL, États-Unis - Le suspect dans la tuerie survenue dans une salle de cinéma du Colorado, le 20 juillet dernier, retournera devant la justice à compter de lundi, dans le cadre d'une audience qui pourrait avoir les allures d'un mini-procès.

James Holmes, un ancien étudiant en sciences neurologiques, est accusé d'avoir tué 12 personnes et d'en avoir blessé 70 autres après avoir fait feu pendant la présentation du long métrage «L'Ascension du Chevalier Noir» de la série des films Batman, à Aurora, dans la banlieue de Denver.

Dans le cadre d'une audience qui pourrait durer toute la semaine, les procureurs étaleront, pour la première fois en public, les preuves qu'ils ont accumulées contre Holmes. Le juge décidera ensuite si un procès doit avoir lieu.

Selon des experts du domaine judiciaire, les preuves contre Holmes semblent si solides que le suspect pourrait conclure un accord de réduction de peine avant le début du procès.

Dans de tels cas, l'enquête préliminaire peut servir de point de départ à une transaction pénale parce que les deux clans peuvent évaluer les forces et les faiblesses de l'autre partie, selon Laurie Levenson, une ancienne procureure fédérale qui occupe maintenant un poste de professeure à l'École de droit Loyola à Los Angeles.

Holmes, qui fait face à plus de 160 chefs d'accusation, incluant meurtre prémédité et tentative de meurtre, aurait pu renoncer à son enquête préliminaire, ce qui aurait permis aux procureurs des deux parties de se préparer pour un éventuel procès.

Mais il arrive que les avocats de la défense tiennent à franchir l'étape de l'enquête préliminaire afin d'avoir une meilleure idée des éléments de preuve amassés par la poursuite.

Des officiels des autorités judiciaires s'attendent à ce que plusieurs survivants et membres des familles des victimes assistent à l'enquête préliminaire, tout comme de nombreux journalistes et même des citoyens ordinaires. Au moins deux salles auxiliaires ont été aménagées afin de suivre les procédures, qui seront retransmises par signaux audio et vidéo.

Le juge de district William B. Sylvester a émis une consigne du silence avocats et aux enquêteurs, et de nombreux documents judiciaires ont été livrés sous scellé, de sorte qu'il est difficile de savoir ce qui a poussé Holmes à passer d'étudiant prometteur à tueur de masse.

Les quelques détails rendus publics indiquent qu'il a connu une déchéance troublante.

En 2011, Holmes s'est inscrit au programme de sciences neurologiques à l'Université du Colorado à Denver. Au printemps de 2012, selon les autorités, il a commencé à acheter des armes à feu, des chargeurs à grande capacité, des munitions, des explosifs et de l'équipement de combat. À un certain moment pendant l'année scolaire, il a commencé à consulter un psychiatre de l'université. Il a échoué un examen oral le 7 juin et a quitté l'université trois jours plus tard.

Holmes a été arrêté à l'extérieur de la salle de cinéma, peu de temps après la fusillade. Les autorités fédérales ont expliqué que Holmes s'est acheté un billet pour assister au film, a ouvert une porte et s'est rendu à son automobile avant de revenir dans la salle muni de ses armes à feu.

Quelques heures plus tard, des enquêteurs ont découvert que son appartement avait été transformé en pièges à explosifs potentiellement mortels.

Holmes est passible de la peine de mort ou la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle s'il est reconnu coupable de meurtre. Il pourrait éviter la peine de mort, cependant, si ses avocats invoquent l'aliénation mentale ou s'il est déclaré innocent pour un motif semblable.

INOLTRE SU HUFFPOST

La première comparution de James Holmes, accusé de la tuerie d'Aurora

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.