NOUVELLES
07/01/2013 05:55 EST | Actualisé 09/03/2013 05:12 EST

Cols bleus : la trêve se poursuit

Les cols bleus de la Ville de Québec maintiennent pour l'instant la trêve de leurs moyens de pression même si la période des Fêtes est terminée. Ils veulent donner une chance à la négociation qui reprend la semaine prochaine.

Le président du Syndicat des cols bleus, Marc-André Dufour, veut « vérifier la température de l'eau » avant de déterminer la suite à donner aux moyens de pression. Quatre journées de négociations sont d'ailleurs prévues d'ici la fin du mois, soit les 15, 17, 29 et 31 janvier.

« L'année s'est bien terminée en 2012 sur certains points. En plus, le maire a prouvé qu'il était capable de changer d'idée avec les patinoires. Peut-être que le même cheminement va se poursuivre avec les négociations de la convention collective des cols bleus », espère Marc-André Dufour.

Les prochains thèmes abordés à la table des négociations seront d'ailleurs les plus importants : les questions monétaires et le régime de retraite. « On va entrer dans les clauses salariales. C'est là qu'on va voir le sérieux de la Ville à vouloir avancer », poursuit M. Dufour.

Les quelque 1350 employés manuels de la Ville de Québec ont suspendu leur grève des heures supplémentaires le 21 décembre, juste avant la période des Fêtes, pour assurer notamment le bon déneigement des rues et l'entretien des patinoires de Québec. Cette grève avait été déclenchée le 24 mai 2012.

Le président syndicat rappelle qu'il a un mandat de grève générale illimitée entre les mains et que plusieurs scénarios sont envisagés advenant un échec des négociations. « Ce qu'on passe comme message c'est qu'on ne pourra pas perdurer dans une grève du temps supplémentaire. C'est un moyen, c'est une étape, c'est une marche dans le rapport de force. Il va falloir prendre des décisions par la suite . »

Un préavis de dix jours est nécessaire avant la reprise de tout moyen de pression. On peut donc penser que la trêve se poursuivra au moins tout le mois de janvier.

Les cols bleus de Québec sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2010.