NOUVELLES
07/01/2013 12:00 EST | Actualisé 09/03/2013 05:12 EST

Chypre va discuter avec le Liban de l'exploration de gisements énergétiques

Le président chypriote Demetris Christofias doit se rendre jeudi au Liban pour relancer les discussions sur une possible coopération dans l'exploitation des réserves sous-marines de gaz et de pétrole, selon un communiqué de la présidence.

M. Christofias va s'entretenir avec son homologue libanais Michel Sleimane "au sujet de questions économiques et des perspectives de croissance qui font leur apparition dans la région, après la découverte d'importantes réserves d'hydrocarbures", selon le communiqué.

Chypre a lancé des opérations d'exploration des champs découverts dans ses eaux territoriales et cherche à établir rapidement des accords de démarcation concernant des zones économiques exclusives maritimes (ZEE) avec ses voisins.

Le gouvernement a déjà signé des accords de démarcation avec l'Egypte, Israël et le Liban, mais dans le cas de ce dernier, l'accord n'a pas été ratifié par le Parlement, dans l'attente d'un règlement des litiges similaires entre le Liban et Israël.

La compagnie américaine Noble energy, titulaire de la licence sur le bloc 12 des eaux chypriotes, a annoncé avoir découvert un gisement de gaz pouvant atteindre 226,5 milliards de mètres cubes, pour une valeur estimée de 100 milliards d'euros. Elle espère commencer l'exploitation fin 2018.

Selon plusieurs médias, d'autres gisements de gaz mais également de pétrole pourraient se trouver dans les blocs adjacents et Nicosie négocie l'attribution de licences d'exploration dans ces blocs avec le géant pétrolier français Total, l'Italien ENI et le Sud-Coréen Kogas.

La Turquie, qui ne reconnaît que la République turque de Chypre nord (RTCN), contrairement au reste de la communauté internationale, s'est fermement opposée à ces explorations, qui ont encore attisé les tensions entre Chypre et Ankara.

cc/kir/tg/fc