NOUVELLES
07/01/2013 04:36 EST | Actualisé 09/03/2013 05:12 EST

Au moins 17 milliards de planètes de taille terrestre dans la Voie Lactée

Notre galaxie, la Voie Lactée, contiendrait au moins 17 milliards de planètes de taille terrestre ou proche, selon une nouvelle estimation publiée lundi aux Etats-Unis qui rend plus probable la découverte d'une planète soeur de la Terre.

Cette estimation résulte d'une nouvelle analyse des données recueillies par le télescope spatial américain Kepler, lancé en 2009 pour rechercher un type précis de planètes hors de notre système solaire appelées exoplanètes.

Cela ne veut pas dire pour autant que ces exoplanètes sont toutes potentiellement habitables, mais la probabilité de trouver des planètes similaires à la Terre augmente nettement.

Pour être habitable, une planète doit être à une distance de son étoile permettant des températures à sa surface ni trop chaudes ni trop froides pour que l'eau puisse exister à l'état liquide et où la vie serait possible.

Au moins une étoile sur six dans la Voie Lactée a une planète de taille terrestre en orbite autour d'elle, selon François Fressin du Centre d'Astrophysique de l'Université de Harvard, principal auteur de cette recherche estimant que la galaxie contient environ cent milliards d'étoiles.

Il a présenté ces résultats à la conférence annuelle de l'American Astronomical Society réunie cette semaine à Long Beach (Californie, ouest).

Kepler détecte une exoplanète quand celle-ci passe devant son étoile et entraîne une baisse de luminosité à l'endroit où elle transite.

Kepler identifie ainsi les exoplanètes potentielles en mesurant en permanence les changements de luminosité de plus de 150.000 étoiles situées dans les constellations du Cygne et de la Lyre.

Durant les 16 premiers mois de l'observation, Kepler a identifié 2.400 exoplanètes potentielles.

Ces scientifiques ont cherché à déterminer combien de ces signaux correspondaient bien à la présence d'une exoplanète et combien d'exoplanètes Kepler avaient ratées.

A l'aide d'un ordinateur simulant les observations de Kepler, François Fressin et son équipe ont pu affiner les analyses pour éliminer les faux signaux ou amplifier ceux qui étaient très faibles afin de dresser un catalogue d'exoplanètes.

Selon ces astrophysiciens, quasiment toutes les étoiles similaires à notre soleil dans la Voie Lactée ont des planètes en orbite autour d'elles.

Ils ont regroupé les différentes exoplanètes en cinq tailles et déterminé que 17% d'entre elles étaient de 0,8 à 1,25 fois la taille de la Terre dans une orbite de 85 jours ou moins autour de leur étoile.

Environ un quart des étoiles comptent des "super-Terre" d'une taille de 1,25 à deux fois celle de la Terre.

Il y a une proportion équivalente de planètes, dites "mini-Neptune", de deux à quatre fois la Terre.

Des planètes plus grandes, dites "grande Neptune", de quatre à six fois la Terre, sont nettement moins courantes puisqu'il y en aurait autour de seulement 3% des étoiles de notre galaxie.

Enfin, seules 5% des étoiles ont des planètes gazeuses géantes de 6 à 22 fois la Terre.

Par ailleurs, des scientifiques membres de la mission Kepler ont annoncé lundi que le télescope avait découvert 461 nouvelles exoplanètes potentielles.

Ainsi, depuis la publication du dernier bilan des découvertes de Kepler en février 2012, le nombre d'exoplanètes potentielles a augmenté de 20% pour totaliser actuellement 2.740 en orbite autour de 2.036 étoiles.

A ce jour l'équipe scientifique de Kepler a confirmé 105 exoplanètes sur les 2.740 candidates découvertes mais aucune encore similaire à la Terre.

js/bdx