NOUVELLES
06/01/2013 01:25 EST | Actualisé 08/03/2013 05:12 EST

Un accord de principe est convenu entre la LNH et l'Association des joueurs

NEW YORK, États-Unis - Après six longs mois de négociations, il aura fallu une très longue nuit pour sortir la Ligue nationale de hockey des salles de conférence afin qu'elle retourne sur la glace.

Le lock-out qui perdure depuis le 15 septembre — 113 jours — dans la LNH sera bientôt chose du passé alors qu'une entente de principe a été conclue dans la nuit de samedi à dimanche, à New York, après une séance marathon de 16 heures de négociations en présence d'un médiateur.

«Nous avons conclu un accord de principe sur les bases d'une nouvelle convention collective que nous devrons maintenant coucher sur papier, a déclaré le commissaire de la LNH, Gary Bettman. Il reste encore beaucoup de travail à faire, mais nous nous sommes mis d'accord sur les cadres de cette nouvelle entente.»

Cet accord devra maintenant être entériné par la majorité des 30 propriétaires et des quelque 740 joueurs du circuit. On ne sait pas quand les votes auront lieu.

«Souhaitons que nous avons atteint un point où tous les détails se régleront assez rapidement, a pour sa part indiqué le directeur exéctuif de l'Association des joueurs (AJLNH), Donald Fehr. Nous reprendrons alors notre routine le plus rapidement possible.»

Les deux parties ont refusé de divulguer les détails de l'entente — qui a été obtenue grâce à l'apport du médiateur fédéral américain Scot L. Beckenbaugh —, mais selon une source, l'entente serait d'une durée de 10 ans, comme le souhaitait la ligue, avec une possibilité de retrait après huit ans.

Le régime de retraite aurait aussi été amélioré, comme le demandait les joueurs, et le plafond salarial aurait été fixé à 64,3 millions $ US pour 2013-14, un autre gain pour l'AJLNH.

Parmi les autres détails qui ont filtré, notons notamment la longueur des contrats, fixée à sept ans pour les joueurs autonomes et à huit saisons pour ceux qui signent un nouveau pacte avec leur équipe. L'entente prévoirait également une variation salariale possible de 35 pour cent annuellement et jamais plus de 50 pour cent entre deux saisons.

La participation des joueurs de la LNH aux Jeux olympiques sera toutefois déterminé à l'extérieur des cadres de la convention collective.

«Tout le monde est bien évidemment soulagé que ce soit terminé (...) et que nous soyons capables de passer à ce qu'on aime vraiment faire, beaucoup plus que de négocier», a déclaré le capitaine des Coyotes de Phoenix, Shane Doan, qui a été impliqué dans les négociations.

Sur Twitter, l'ancien joueur du Canadien de Montréal et actuellement joueur autonome Mathieu Darche, qui a aussi participé activement aux négociations, a déclaré qu'il «n'a aucune honte de présenter cette offre aux joueurs».

Il n'est pas encore clair quand la saison reprendra et combien de matchs elle comportera, mais le défenseur des Jets de Winnipeg Ron Hainsey — lui aussi un acteur principal de ces dernières négociations — croit qu'elle pourrait être de 48 ou 50 rencontres.

Le médiateur fédéral américain aura ainsi réussi à rapprocher les parties avant la date butoir du 11 janvier, où selon toute vraisemblance, la saison aurait alors été annulée par la LNH.

«Ça a été un bataille, a dit Hainsey. Gary a dit il y a un mois qu'il s'agissait d'une difficile négociation et c'était vrai. Les joueurs auraient préféré ne pas se trouver là, mais maintenant, nous allons nous concentrer à donner le maximum aux partisans, soit une saison de 48 ou 50 parties.»

Hainsey a ajouté que le fonds de pension se sera finalement avéré un élément-clé de cette entente.

«Je ne crois pas qu'il y ait quelque doute que ce soit que le fonds de pension est la pièce maîtresse de cette convention», a-t-il dit.

Le lock-out aura coûté à la LNH quelque 500 parties de saison régulière, selon que la prochaine campagne sera de 48 ou 50 parties, mais le chiffre le plus important ne sera probablement pas révélé avant les 18 prochains mois. La LNH vient de connaître une période de revenus records au cours des sept dernières années, quand la dernière convention collective est arrivée à échance, dont de 3,3 milliards $ l'an dernier.

Mais une question demeure: les partisans et les commanditaires reviendront-ils en aussi grand nombre une fois la saison amorcée? Après tout, plusieurs espéraient que le cycle de conflits de la LNH soit rompu après la saison perdue de 2004-05. Mais l'histoire s'est répétée entre les deux parties, après la grève de 1992 et le lock-out de 1994-95.

«Ce fut une négociation de concessions dès le départ, a ajouté Doan. En tant que joueurs, nous avons accepté cela. (...) Nous savions que nous nous trouvions dans cette position et je crois que nous avons obtenu la meilleure entente possible.»

Le capitaine des Penguins de Pittsburgh, Sidney Crosby, qui n'en peut plus d'attendre de revenir au jeu après avoir eu à négocier avec des commotions cérébrales au cours des dernières campagnes, s'est dit ravi par les dernières nouvelles.

«C'est très excitant de savoir que nous allons de nouveau jouer au hockey», a -t-il dit au Pittsburgh Tribune-Review.