NOUVELLES
06/01/2013 12:21 EST | Actualisé 08/03/2013 05:12 EST

Syrie: de violents combats se poursuivent, Al-Assad doit prononcer un discours

Le président syrien Bachar al-Assad prononcera aujourd'hui un rare discours dans le cadre d'une annonce à la nation, ont annoncé les médias d'État, alors que les rebelles combattant pour renverser son régime ont poursuivi leur offensive contre la capitale.

L'agence de presse officielle SANA a indiqué dans une brève déclaration, samedi, que M. Assad s'exprimerait à propos des récents développements au pays. Ce discours sera le premier par le leader depuis juin, et survient dans le cadre de vifs combats entre les troupes gouvernementales et les rebelles près de Damas.

M. Al-Assad a rarement parlé en public depuis le début de la révolte contre lui en mars 2011. Dans chacun de ses discours et entrevues précédents, le président est demeuré campé sur ses positions alors que les puissances occidentales agissent pour favoriser l'opposition dans la guerre civile syrienne.

Dans ses derniers commentaires, M. Al-Assad a lancé, dans une entrevue accordée à Russia Today, le 8 novembre, qu'il 'vivrait et mourrait en Syrie'.

Les rebelles tentent de pénétrer les lourdes défenses gouvernementales à Damas, poussant le régime à déclencher une grande attaque sur les banlieues, avec l'utilisation d'importants bombardements d'artillerie et d'avions de guerre.

Les efforts diplomatiques pour mettre fin à la crise syrienne ont jusqu'à maintenant échoué à mettre fin aux violences, bien que la communauté internationale continue de faire pression en faveur d'un règlement pacifique.

Samedi, le ministre saoudien des Affaires étrangères Saud al-Faisal a déclaré à des journalistes, après une rencontre avec son homologue égyptien à Riyad, qu'il devrait y avoir une fin immédiate aux violences en Syrie, et a appelé à une transition politique pacifique.

Arabie Saoudite et Égypte appellent au départ d'Al-Assad

L'Arabie saoudite et l'Égypte ont tous deux appelé au départ de M. Al-Assad, et Riyad s'est également clairement affichée en faveur des rebelles.

Le président du Conseil de sécurité de l'ONU a annoncé jeudi que d'importants développements avaient eu lieu dans le cadre des efforts pour trouver une solution diplomatique au conflit ayant cours depuis 21 mois, et qu'il pourrait y avoir une autre rencontre entre les États-Unis, la Russie et l'envoyé international Lakhdar Brahimi la semaine prochaine.

Les rebelles et les troupes gouvernementales se sont affrontés dans les banlieues sud de Damas, y compris à Harasta et à Daraya, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de la personne. Les combats à Daraya seulement ont fait 10 morts, y compris six rebelles, selon l'Observatoire, qui se fie à des rapports de militants sur le terrain.

Des affrontements ont également eu lieu sur la route vers l'aéroport international de Damas, qui ne fonctionne plus depuis le mois dernier. Les transporteurs aériens internationaux n'ont pas encore repris leurs vols en direction de la capitale. Des responsables de l'aéroport ont indiqué que les installations étaient encore ouvertes, mais n'ont pas donné de précisions sur les vols.

Un journaliste travaillant pour une station de télévision pro-gouvernementale est mort des suites des blessures subies après avoir été agressé en banlieue de Damas, a par ailleurs annoncé l'agence SANA.

Combats et bombardements se poursuivent depuis près de 22 mois en Syrie et le total des victimes a franchi le cap des 60 000 morts, mercredi, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les droits de la personne.


Associated Press