NOUVELLES
06/01/2013 04:18 EST | Actualisé 07/03/2013 05:12 EST

Nucléaire: un Iranien condamné aux Etats-Unis rentre au pays

Un Iranien condamné aux Etats-Unis pour avoir illégalement fourni à Téhéran du matériel pouvant avoir un usage nucléaire a regagné l'Iran après avoir purgé sa peine, ont annoncé dimanche les médias.

Amir Hossein Serafi, présenté comme "un homme d'affaires", avait été arrêté en janvier 2010 à Francfort, en Allemagne, selon le quotidien officiel Iran Daily.

Accusé d'avoir facilité l'exportation vers l'Iran de pompes à vide susceptibles d'être utilisées pour le programme nucléaire de l'Iran, soumis à un embargo international, il avait été extradé vers les Etats-Unis où il avait été condamné à trois ans de prison après avoir plaidé coupable.

"J'ai été jugé coupable d'avoir servi mon pays, le système judiciaire américain est injuste", a déclaré M. Serafi à son arrivée vendredi en Iran, selon le journal.

Plusieurs Iraniens -au moins une dizaine selon Téhéran- sont détenus aux Etats-Unis. Nombre d'entre eux ont été arrêtés dans d'autres pays avant d'être remis à la justice américaine.

Ils sont accusés ou condamnés pour avoir violé l'embargo international contre la vente à l'Iran de matériels ou de technologies utilisables pour son programme nucléaire controversé, ou enfreint les sanctions économiques décidées par Washington contre la République islamique.

En décembre, un ancien diplomate iranien, Nosratollah Tajik, a pu regagner l'Iran après avoir été retenu six ans en Grande-Bretagne à la demande de Washington, qui l'accusait d'avoir tenté d'exporter du matériel militaire vers son pays. Londres avait finalement rejeté la demande américaine d'extradition.

L'enrichissement d'uranium par Téhéran est au coeur des inquiétudes des puissances occidentales et d'Israël, qui soupçonnent le pays de vouloir se doter de l'arme atomique, ce que Téhéran dément.

Le programme nucléaire iranien a été condamné par six résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, dont quatre assorties de sanctions, renforcées par un embargo économique et pétrolier unilatéral des pays occidentaux contre Téhéran.

mod-lma/tg/fc