NOUVELLES
06/01/2013 06:07 EST | Actualisé 08/03/2013 05:12 EST

Les États-Unis étudieront le trafic pétrolier en Colombie-Britannique

VANCOUVER - Des inquiétudes dans l'État américain de Washington, à propos du trafic des pétroliers en Colombie-Britannique, ont poussé la Garde côtière américaine à procéder à une révision des augmentations proposées des exportations pétrolières canadiennes.

Cet examen est lié à un amendement législatif proposé par la sénatrice de l'État Maria Cantwell, et récemment promulgué par le président américain Barack Obama.

La nouvelle loi donne six mois à l'Agence américaine de sécurité maritime pour mener une évaluation des risques du trafic maritime accru qui devrait découler d'une expansion prévue de la capacité de la Colombie-Britannique en matière d'oléoducs.

Tandis que plusieurs projets pourraient mener au transport de pétrole des sables bitumineux albertains vers la côte britanno-colombienne, pour ensuite exporter principalement le tout en Chine, la loi ne s'attaque qu'au trafic des pétroliers hors de la région de Vancouver.

L'évaluation des risques se penchera sur l'augmentation probable du trafic maritime et la capacité de réponse à un déversement dans la région.

La Garde côtière américaine analysera également la toxicité du pétrole des sables bitumineux dilué — un pétrole lourd qui, selon des détracteurs, est plus difficile à contenir et à nettoyer que du brut ou du pétrole raffiné.

Kinder Morgan propose une expansion de 4 milliards $ qui viendrait plus que doubler la capacité de son oléoduc TransMountain déjà existant, et qui permet de transporter du pétrole des sables bitumineux albertains à son terminal au port de la région métropolitaine de Vancouver.