NOUVELLES
06/01/2013 04:49 EST | Actualisé 07/03/2013 05:12 EST

Koweït: un opposant condamné à deux ans de prison pour offense à l'émir

Un opposant koweïtien a été condamné dimanche à deux ans de prison pour des propos jugés offensants pour l'émir sur Twitter, a annoncé un militant des droits de l'Homme.

Dès l'énoncé du verdict, Rached Al-Enezi a été immédiatement arrêté et conduit à la prison centrale de Koweït, a déclaré à l'AFP le chef de la société koweïtienne pour les droits de l'Homme, Mohammad al-Humaidi.

Selon M. Humaidi, plus de 200 opposants, dont d'anciens députés, font l'objet de poursuites et plusieurs sont accusés d'avoir critiqué l'émir, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, ce qui est interdit par la Constitution.

Parmi eux figurent quelque 25 jeunes auteurs de tweets qui avaient été arrêtés pour avoir porté atteinte à l'émir puis libérés sous caution. M. Enezi est le premier d'entre eux à être condamné à la prison.

Le gouvernement avait commencé à sévir contre l'opposition à l'approche des élections législatives contestées tenues le 1er décembre.

L'opposition organise régulièrement des manifestations pour protester contre le Parlement issu de ce scrutin qu'elle considère comme illégitime, et un rassemblement est prévu dimanche soir.

Le riche émirat pétrolier, première monarchie du Golfe à s'être dotée d'un Parlement élu en 1962, est secoué par des crises politiques à répétition. Il a connu depuis la mi-2006 neuf gouvernements et six dissolutions du Parlement.

oh/at/fc