NOUVELLES
05/01/2013 02:25 EST | Actualisé 07/03/2013 05:12 EST

Arrestations aux Emirats: l'Egypte nie s'ingérer dans les affaires d'autrui

Le chef de la diplomatie égyptienne Mohammed Kamel Amr a assuré samedi que son pays n'intervenait en aucune manière dans les affaires des autres Etats, après l'arrestation de membres présumés des Frères musulmans égyptiens aux Emirats arabes unis.

"L'Egypte ne s'ingère en aucune manière dans les affaires intérieures des autres pays", a-t-il dit dans une conférence de presse à Ryad. "Ce qui se passe en Egypte est une affaire qui concerne le seul peuple égyptien, et nous n'avons aucun intérêt à exporter ce qui se passe en Egypte vers un autre pays".

Le ministre était interrogé sur l'arrestation aux Emirats de onze Egyptiens accusés de diriger une cellule liée aux Frères musulmans qui recrutait des expatriés égyptiens, collectait des informations liées à la défense et envoyait illégalement des fonds à la confrérie en Egypte, selon la presse émiratie.

"L'Egypte n'a aucun intérêt à exporter une idéologie quelconque", a souligné M. Amr.

Le chef de la police de Dubaï, Dhahi Khalfane, qui mène une campagne quasi-quotidienne contre les Frères musulmans sur Twitter, avait accusé la confrérie des Frères musulmans dont est issu le président égyptien Mohamed Morsi, de comploter pour renverser les monarchies arabes du Golfe.

A Dubaï, le quotidien Gulf News a rapporté samedi que les Emirats avaient rejeté la demande égyptienne de libérer les suspects, précisant qu'ils seraient traduits en justice. Les suspects "ont des liens avec des Emiratis actuellement détenus et accusés de vouloir déstabiliser la sécurité nationale", selon le journal.

str-wak/at/tg/tp