NOUVELLES
05/01/2013 06:31 EST | Actualisé 07/03/2013 05:12 EST

Algérie: un islamiste tué identifié comme un proche du chef d'Aqmi (presse)

Un des sept islamistes tués par l'armée algérienne mardi à l'est d'Alger a été identifié comme étant un haut responsable d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont rapporté samedi des journaux algériens.

Izza Rezki, connu également sous le nom de Abou Djaffar, était le financier d'Aqmi et le bras droit du chef de cette organisation, Abdelmalek Droukdel, a précisé le quotidien francophone El Watan.

Sept islamistes membres d'un "dangereux" groupe armé avaient été tués mardi matin à Boulezazen, dans la région de Boumerdès (50 km à l'est d'Alger), à la suite d'une "grande opération" militaire dans cette région, avait indiqué le ministère de la Défense.

Au total, neuf islamistes armés ont été tués depuis le début de cette opération, toujours en cours, dans cette région considérée comme un fief d'Aqmi, selon la presse.

Rezki avait rejoint les maquis islamistes en 1994 au début de la guerre civile en Algérie, selon El Watan.

Le ministère de la Défense avait réaffirmé mardi la détermination de l'armée à poursuivre sa lutte contre les "groupuscules terroristes résiduels" pour mettre fin définitivement à leurs "agissements criminels".

Un haut dirigeant d'Aqmi, Salah Gasmi, présenté comme le porte-parole de cette organisation, avait été arrêté le 16 décembre par les forces de sécurité dans la région de Bouira (120 km au sud-est d'Alger).

Salah Gasmi était surtout connu pour avoir annoncé en 2006 le ralliement à la nébuleuse Al-Qaïda de l'ancien Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), rebaptisé depuis Aqmi.

En Algérie, Aqmi opère principalement dans la région de Boumerdès et les département de Tizi Ouzou (110 km à l'est d'Alger) et Béjaïa, en Kabylie, et s'en prend généralement aux forces de sécurité.

abh/vl