NOUVELLES
04/01/2013 03:07 EST | Actualisé 06/03/2013 05:12 EST

Viol collectif en Inde: l'ami de la victime raconte leur long supplice

NEW DELHI - Le compagnon de la jeune Indienne victime d'un viol collectif à bord d'un autobus de New Delhi a raconté pour la première fois, vendredi, comment son amie et lui avaient été attaqués pendant deux heures et demie avant d'être abandonnés nus sur le bord de la route, où les passants les ont ignorés et où les policiers ont débattu de questions de juridiction avant de se décider à les aider.

L'attaque du 16 décembre a provoqué une onde de choc en Inde. Des manifestations sont organisées chaque jour pour réclamer des lois plus strictes contre le viol et une réforme de la culture de la police, qui blâme souvent les victimes et refuse parfois de porter des accusations contre les violeurs.

L'étudiante de 23 ans a succombé le week-end dernier aux graves blessures internes subies lors de l'attaque. Les autorités ont accusé cinq hommes de viol et de meurtre et détiennent un sixième suspect, qui serait mineur. Une audience est prévue samedi.

La jeune femme et son ami venaient d'aller voir le film «Life of Pi» dans un centre commercial huppé de la capitale indienne et cherchaient un moyen de transport pour rentrer chez eux. Un chauffeur de rickshaw a refusé de les prendre, alors ils ont décidé de monter à bord d'un autobus privé où se trouvaient les six assaillants, a déclaré le jeune homme lors d'une entrevue avec la chaîne indienne Zee TV.

Les autorités n'ont pas publié le nom du jeune homme compte tenu de la nature sensible du dossier. La chaîne télévisée a aussi refusé de donner son nom, mais a montré son visage lors de l'entrevue. L'homme a une fracture à la jambe et il était assis dans un fauteuil roulant.

Après un moment dans l'autobus, les six hommes à bord ont commencé à les attaquer, a-t-il raconté.

«Je me suis battu très fort contre trois d'entre eux. Je les ai frappés fort. Mais ensuite, deux autres m'ont frappé avec une barre de fer», a-t-il dit. La jeune femme a tenté d'appeler la police avec son téléphone portable, mais les hommes le lui ont enlevé des mains. Ils l'ont ensuite entraînée à l'arrière de l'autobus et ont commencé à la violer à tour de rôle.

«L'attaque a été si brutale que je ne peux même pas vous la raconter. (...) Même les animaux ne se comportent pas ainsi», a dit le jeune homme.

Après l'attaque, certains des assaillants ont déclaré que la jeune femme était morte, a-t-il précisé.

Les agresseurs les ont ensuite abandonnés, nus et couverts de sang, sous une rocade. Le jeune homme a tenté d'alerter des gens qui passaient en vélo, en rickshaw et en voiture pour demander de l'aide, sans succès. «Ils ralentissaient, regardaient nos corps nus et repartaient», a-t-il raconté.

Après environ 20 minutes, trois véhicules de la police sont arrivées. Les policiers ont commencé à se disputer pour savoir qui avait la juridiction sur ce crime, alors que le jeune homme réclamait des vêtements et une ambulance.

L'homme affirme n'avoir reçu aucun soin médical après l'attaque. Il a plutôt passé quatre jours dans un poste de police pour aider les autorités à enquêter sur le crime. Il a déclaré avoir rendu visite à son amie à l'hôpital, où il lui a dit que les agresseurs avaient été arrêtés. Il lui a promis de se battre pour elle.

«Elle nous a tous réveillés par son courage», a-t-il dit. «Pour lui rendre hommage, les gens devraient poursuivre la lutte pour empêcher que d'autres crimes semblables ne se reproduisent.»