NOUVELLES
04/01/2013 10:22 EST | Actualisé 06/03/2013 05:12 EST

Un parti d'opposition tunisien veut saisir la Cour pénale internationale

Le parti de l'ex-Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi, Nidaa Tounès, a décidé de saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour "crime contre l'humanité" visant notamment le chef de la formation islamiste Ennahda au pouvoir, a indiqué vendredi à l'AFP son avocat.

"Le dossier de plainte sera déposé à La Haye dans les prochains jours", a déclaré Abdessatar Messaoudi, évoquant des documents écrits et audiovisuels prouvant l'implication de militants et dirigeants islamistes dans des agressions contre Nidaa Tounès.

Figurent parmi les hauts responsables visés par la plainte le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, le ministre de l'Intérieur Ali Larayedh (islamiste) et le secrétaire général du Congrès pour la République (CPR, centre-gauche, allié d'Ennahda) Mohamed Abbou, a précisé l'avocat.

Egalement en cause, la "Ligue de protection de la révolution", une sorte de milice aux méthodes musclées proche d'Ennahda, accusée par Nidaa Tounès d'avoir battu à mort un de ses représentants en octobre 2012 à Tataouine (extrême-sud).

L'avocat cite également un incident survenu en décembre à Djerba (sud) où des responsables de Nidaa Tounès avaient été attaqués par des centaines de manifestants soutenant les islamistes.

"Nous avons eu l'assurance de magistrats siégeant à la CPI concernant la recevabilité de notre plainte", a affirmé l'avocat, membre de Nidaa Tounès, sur la radio Express FM.

Béji Caïd Essebsi a dirigé le deuxième gouvernement provisoire après la chute de Zine El Abidine Ben Ali qui a conduit le pays aux élections d'octobre 2011. En juillet 2012, il fondé Nidaa Tounès au sein duquel il est accusé de chercher à réintégrer des membres du parti de Ben Ali qui a été dissous.

Des affrontements opposent souvent les partisans de Nidaa Tounès et d'Ennahda, les deux formations les plus populaires en Tunisie, d'après des sondages.

La Tunisie a ratifié en 2011, après la révolution, le statut de Rome qui définit les règles de fonctionnement de la CPI.

Bsh/vl