NOUVELLES
04/01/2013 10:13 EST | Actualisé 06/03/2013 05:12 EST

Présidentielle américaine, suite: "dépouillement" vendredi au Congrès

La présidentielle américaine n'en finit pas: après le vote du collège électoral en décembre, le Congrès se réunit vendredi pour dépouiller les 538 voix des grands électeurs et proclamer officiellement Barack Obama vainqueur, une formalité surannée mais indispensable.

Comme au temps où les Américains se déplaçaient à cheval, la loi électorale américaine prévoit de longs délais entre le vote des électeurs américains --le premier mardi de novembre--, celui des grands électeurs désignés à cette occasion --le premier lundi suivant le deuxième mercredi de décembre-- et la proclamation des résultats par le Congrès réuni en session conjointe, vendredi à 13H00 locales (18H00 GMT).

Barack Obama sera bien proclamé vainqueur vendredi, un résultat évidemment connu depuis le soir du 6 novembre. Mais l'élection présidentielle américaine est au suffrage indirect.

Dans chacun des 50 Etats américains, ainsi que dans la capitale Washington, les Américains n'ont fait qu'élire 538 grands électeurs: 332 représentant Barack Obama et 206 Mitt Romney.

Le nombre de grands électeurs de chaque Etat dépend de sa population.

Le 17 décembre, les grands électeurs ont voté. Dans environ la moitié des Etats, ils étaient légalement obligés de voter pour le candidat qu'ils représentaient, mais dans l'autre moitié ils n'étaient pas tenus par une telle obligation (il est extrêmement rare qu'un grand électeur change de candidat ou s'abstienne).

Ce sont ces votes réalisés le 17 décembre que le Congrès comptera vendredi. Dans le cas hypothétique où aucun candidat n'obtient la majorité, par exemple si trois candidats se partageaient les voix ou s'il y a égalité, c'est la Chambre des représentants qui élit le président, à raison d'une voix par Etat.

Barack Obama sera réinvesti président le 20 janvier lors d'une cérémonie privée, puis le 21 janvier lors d'une immense cérémonie publique en plein air, au pied du Capitole, à Washington.

ico/jca