NOUVELLES
04/01/2013 05:21 EST | Actualisé 06/03/2013 05:12 EST

L'adolescente pakistanaise attaquée par les talibans a quitté l'hôpital

BIRMINGHAM, Royaume-Uni - L'adolescente pakistanaise attaquée par des talibans parce qu'elle milite pour l'éducation des filles dans son pays a reçu vendredi son congé de l'hôpital britannique où elle était soignée depuis le mois d'octobre.

À sa sortie de l'établissement, Malala Yousufzai, âgée de 15 ans, a fait l'accolade aux infirmières et a salué les gardes de sécurité en souriant timidement.

«Elle se porte plutôt bien et elle est contente de rentrer à la maison, comme nous tous», a déclaré le père de Malala, Ziauddin, à l'Associated Press.

L'adolescente résidera avec ses parents et ses deux frères au Royaume-Uni pendant qu'elle continuera de recevoir des traitements. Elle retournera à l'hôpital le mois prochain pour une opération visant à reconstruire son crâne.

Les médecins pensent que Malala a de bonnes chances de se remettre de l'attaque parce qu'à l'adolescence, le cerveau est toujours en période de croissance et peut s'adapter plus facilement aux traumatismes.

«Malala est une jeune fille forte et elle a travaillé fort avec ceux qui s'occupent d'elle pour faire d'excellents progrès vers sa guérison», a déclaré le docteur Dave Rosser, directeur médical des hôpitaux universitaires de Birmingham. «Après des discussions avec Malala et son équipe médicale, nous avons décidé qu'il serait bénéfique qu'elle puisse être à la maison avec ses parents et ses deux frères.»

Les responsables médicaux ont indiqué que Malala était en mesure de parler et de lire, mais ils n'ont pas voulu dire si elle était suffisamment rétablie pour poursuivre ses études au Royaume-Uni.

Les talibans ont attaqué la jeune fille parce qu'elle milite sans relâche pour le droit des filles d'aller à l'école. Elle a été blessée par balle à la tête et à la nuque alors qu'elle revenait de l'école dans son village de la vallée de Swat, au Pakistan, le 9 octobre.

Son histoire a suscité une attention internationale et Malala est devenue un symbole de la lutte pour les droits des femmes au Pakistan. Signe de son influence, elle figure sur la liste des personnalités de l'année 2012 du magazine «Time».

Les talibans ont menacé d'attaquer l'adolescente de nouveau parce qu'ils jugent qu'elle fait la promotion de la «pensée occidentale», mais les autorités britanniques ont estimé qu'il y avait peu de risques à la laisser quitter l'hôpital avec sa famille.

La police britannique assurait la sécurité de Malala lors de son hospitalisation, mais les autorités ont refusé de dire si d'autres mesures de sécurité seraient en vigueur après sa sortie de l'hôpital.

Les médecins pakistanais lui avaient retiré une balle qui était entrée dans sa tête et qui a traversé sa colonne vertébrale, avant que sa famille décide de l'envoyer au Royaume-Uni pour des soins spécialisés. Le coût des traitements est assumé par le gouvernement pakistanais.

Le Pakistan a par ailleurs nommé le père de Malala en tant qu'attaché chargé de l'éducation à Birmingham pour au moins trois ans, ce qui signifie que la jeune fille restera probablement au Royaume-Uni pour un certain temps.

Des résidants de la vallée de Swat ont réagi avec joie vendredi en apprenant que Malala avait reçu son congé de l'hôpital. Des amis et des proches de l'adolescente distribuaient des sucreries dans le quartier de Mignora où elle vit.

«Évidemment, nous sommes contents de son rétablissement rapide. Nous espérons qu'elle sera complètement rétablie bientôt et qu'elle reviendra dans son village natal au moment approprié», a déclaré Mahmoodul Hasan, un cousin de Malala âgé de 35 ans. Tout comme le père de l'adolescente, il gère une école privée à Mignora.

Mais les tensions restent bien présentes dans la région. Le mois dernier, des centaines d'élèves de Mignora avaient protesté contre le projet de renommer leur école en hommage à Malala, estimant que cela ferait de leur établissement scolaire une cible de choix pour les talibans.