NOUVELLES
03/01/2013 02:51 EST | Actualisé 05/03/2013 05:12 EST

Un léger répit pour les régimes de retraite canadiens en 2012

MONTRÉAL - Le niveau de solvabilité des régimes de retraite canadiens s'est légèrement amélioré au quatrième trimestre de 2012, selon une étude de la firme Mercer, qui précise toutefois que cette embellie est presque entièrement attribuable aux cotisations que les employeurs ont dû effectuer pour capitaliser les déficits de ces régimes.

L'indice Mercer sur la santé financière des régimes de retraite, qui mesure le ratio actifs-engagements d'un régime, s'établissait à 82 pour cent au 31 décembre dernier. Il s'agit d'une hausse de deux pour cent pour le quatrième trimestre et de six pour cent pour l'ensemble de l'année.

«La bonne nouvelle, c'est que la situation financière des régimes de retraite canadiens s'est améliorée en 2012. La mauvaise, c'est que ce sont les répondants de régime qui ont porté le plus gros du fardeau», a précisé Michel St-Germain, de la firme Mercer.

Même si l'indice a progressé de six pour cent en 2012, les facteurs économiques ne représentent qu'un pour cent de cette amélioration. Les cinq pour cent restants sont attribuables aux cotisations que les employeurs ont versées pour capitaliser les déficits.

Le portefeuille de retraite équilibré type a affiché un rendement de 7,8 pour cent en 2012, a précisé Mercer. La hausse du rendement des actions a stimulé le rendement global des régimes de retraite.

«Après une année 2011 désastreuse, 2012 n'a pas offert la reprise escomptée par les répondants de régime», a précisé M. St-Germain.

Selon cette étude, il n'y a approximativement qu'un régime de retraite sur 20 qui était entièrement capitalisé au 31 décembre dernier.