NOUVELLES
03/01/2013 11:07 EST | Actualisé 05/03/2013 05:12 EST

Tunisie: mandat de dépôt contre un ex ministre de la Justice sous Ben Ali

La justice tunisienne a émis jeudi un mandat de dépôt contre Sadok Chaabane, ancien ministre de la Justice et cacique du régime du président déchu Ben Ali dans le cadre d'une instruction sur le cas d'un prisonnier tué sous la torture, a-t-on appris de source judiciaire.

Le mandat de dépôt a été émis par un juge d'instruction du tribunal de première instance de Grombalia (60 km au sud-est de Tunis) enquêtant depuis fin 2011 sur la mort de Rachid Chammakhi, un prisonnier islamiste tué sous la torture le 17 octobre 1991.

A l'époque, l'affaire avait fait l'objet d'une instruction qui n'avait pas eu de suite.

M. Chaabane est le premier ex-haut responsable à être poursuivi dans une affaire de torture, après la condamnation en 2012 à deux ans de prison d'Abdallah Kallel, seul ancien ministre de l'Intérieur de Ben Ali à avoir été jugé.

M. Kallel a été emprisonné et condamné dans l'affaire dite de "Baraket Essahel" concernant un groupe d'officiers accusés de complot.

Mais il fait l'objet d'un nouveau mandat de dépôt dans l'affaire de Rachid Chamakhi, a-t-on appris auprès de sa famille.

Chamakhi, dont la famille a porté plainte, avait été arrêté et torturé au motif de son adhésion au parti islamiste Ennahda, qui était interdit à l'époque et qui dirige aujourd'hui le gouvernement.

La torture, en particulier des islamistes, était couramment pratiquée sous l'ancien régime. Des ONG accusent cependant l'actuel gouvernement de ne pas faire assez pour mettre un terme à cette pratique.

En septembre, un détenu de droit commun est décédé après avoir été torturé dans le locaux de la police, selon l'avocate Radhia Nasraoui, présidente de l'Association tunisienne contre la torture.

Bsh/kl/vl