NOUVELLES
03/01/2013 02:53 EST | Actualisé 05/03/2013 05:12 EST

L'explosion d'une voiture piégée à Damas fait au moins neuf morts

BEYROUTH - Une voiture piégée a explosé jeudi dans une station-service de la capitale syrienne, tuant au moins neuf personnes, ont annoncé des militants de l'opposition.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme, le bilan de l'explosion, survenue jeudi soir dans le quartier Masakin Barzeh, pourrait s'alourdir parce que de nombreux blessés sont dans un état critique.

L'agence de presse officielle syrienne a également rapporté l'explosion, mais n'a pas fourni de bilan des morts et des blessés. L'agence affirme que l'explosion visait des véhicules qui faisaient la file pour obtenir de l'essence et a attribué l'attaque à des «terroristes», le terme utilisé par le régime pour désigner les rebelles qui veulent renverser le président Bachar el-Assad.

La télévision pro-gouvernementale Ikhbariyeh TV a déclaré que 30 civils avaient été tués ou blessés dans l'explosion.

L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat.

Plus tôt dans la journée, les troupes syriennes et les rebelles s'étaient affrontés autour d'une base aérienne stratégique du nord du pays et dans une banlieue de la capitale que les forces gouvernementales tentent de reprendre depuis le mois dernier.

Selon l'Observatoire, les rebelles sont entrés dans une partie de la base aérienne de Taftanaz, dans la province d'Idlib, avant de s'en retirer. L'agence de presse officielle SANA a déclaré que les forces gouvernementales avaient «repoussé la tentative des terroristes d'attaquer l'aéroport» et leur avaient infligé de lourdes pertes. Le régime syrien qualifie de «terroristes» les rebelles qui veulent le renverser.

L'Observatoire a déclaré que les insurgés avaient repris leur offensive tôt jeudi dans une tentative de capturer la base, qui a résisté à plusieurs assauts des rebelles au cours des derniers mois.

L'Observatoire et les Comités locaux de coordination, une autre organisation de l'opposition, ont également rapporté des combats, des raids aériens et des tirs d'artillerie lourde dans plusieurs banlieues de la capitale, dont Daraya, contrôlée depuis des semaines par des centaines de rebelles.

Le journal pro-gouvernemental «Al-Watan» a déclaré jeudi que l'armée avait détruit des caches des rebelles à Daraya, assurant que la ville serait déclarée sûre plus tard dans la journée.

Daraya est située dans un lieu stratégique, et la reprise de la ville par les forces gouvernementales permettrait de renforcer les défenses du régime à Damas.

Un raid aérien a par ailleurs frappé un édifice à Douma, une autre banlieue de la capitale. Des vidéos diffusées par des militants de l'opposition montraient l'étage supérieur de l'édifice complètement détruit, tandis que des blessés étaient transportés dans des voitures et des camionnettes. Plusieurs des blessés étaient recouverts de poussière.

D'après l'Observatoire et les Comités locaux de coordination, huit personnes ont été tuées à Douma et dans les localités environnantes.

Un autre raid aérien dans la ville d'Hayan, dans la province d'Alep, a fait des dizaines de morts, selon l'Observatoire.

Les deux organisations ont aussi rapporté des combats et des tirs d'artillerie lourde dans la province de Daraa, dans le sud du pays, frontalière avec la Jordanie.

La guerre civile en Syrie a fait plus de 60 000 morts depuis mars 2011, selon le bilan établi cette semaine par les Nations unies.