NOUVELLES
03/01/2013 09:34 EST | Actualisé 05/03/2013 05:12 EST

Le pétrole en baisse à New York, lâchant du terrain après de forts gains

Le pétrole a débuté la séance en baisse jeudi à New York, reprenant son souffle après être monté la veille à son plus haut en plus de trois mois dans le sillage de l'accord conclu au Congrès américain sur le budget des Etats-Unis.

Vers 14H20 GMT, le baril de référence pour livraison en février lâchait 32 cents, à 92,80 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les investisseurs engrangent des profits après les solides gains enregistrés ces derniers jours", a remarqué John Kilduff, d'Again Capital.

Le prix du brut s'est de fait approché des 94 dollars mercredi, au plus haut depuis mi-septembre, après l'adoption par les parlementaires d'un texte permettant d'éviter le "mur budgétaire", composé de hausses d'impôts pour la quasi-totalité des contribuables et de coupes claires dans les dépenses de l'Etat fédéral.

Si elle était entrée en vigueur, cette cure d'austérité forcée aurait mis à mal la reprise économique des Etats-Unis et risqué d'affecter la consommation énergétique.

Mais au-delà des prises de bénéfices, les courtiers "redescendent sur terre après l'euphorie du vote au Congrès", a souligné M. Kilduff.

Plusieurs aspects du budget américain ont en effet été laissé en suspens, notamment sur la réduction des dépenses publiques.

De plus, d'ici fin février, démocrates et républicains devront déterminer le plafond légal de la dette fédérale qui ne cesse d'augmenter.

Ces sujets promettent de nouveaux débats houleux parmi les responsables politiques dans les semaines à venir, ravivant les incertitudes sur l'économie américaine.

Les cours étaient aussi tirés vers le bas par "des données mitigées sur l'emploi", a noté M. Kilduff.

Si les entreprises privées ont embauché massivement aux Etats-Unis en décembre, selon l'enquête mensuelle sur l'emploi de la société de services informatiques ADP, les chiffres du département du Travail indiquent que les nouvelles inscriptions au chômage ont rebondi dans le pays dans les derniers jours de l'année.

Les investisseurs attendaient par ailleurs avec prudence la diffusion des chiffres officiels des réserves de pétrole aux Etats-Unis, repoussée à vendredi en raison du jour férié observé mardi sur les marchés américains à l'occasion du Nouvel An.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le Département américain de l'Energie (DoE) devrait faire état d'une baisse de 1,3 million de barils des stocks de brut la semaine dernière, mais d'une hausse de 1,7 million de barils des réserves d'essence et d'une progression de 1,5 million de barils des stocks de produits distillés (comme le gazole et le fioul de chauffage) particulièrement scrutés l'hiver.

jum/sl/bdx