NOUVELLES
03/01/2013 08:11 EST | Actualisé 05/03/2013 05:12 EST

Centrafrique: probable déclaration du Conseil de sécurité vendredi

Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait adopter vendredi une déclaration, proposée par la France, pour soutenir des négociations prévues à Libreville mardi entre le gouvernement centrafricain et les rebelles, ont indiqué jeudi des diplomates.

Ce projet de déclaration sera transmis jeudi soir par la France à ses 14 partenaires du Conseil qui devraient l'entériner vendredi après-midi.

Des pourparlers de paix doivent s'ouvrir mardi à Libreville, sous l'égide du président congolais Denis Sassou Nguesso, qui préside le comité de suivi chargé de faciliter le dialogue entre les parties en conflit.

Outre le gouvernement centrafricain, des représentants de la rébellion armée du Séléka et de l'opposition au président Bozizé se sont dits prêts à y participer.

"Le Conseil soutient les initiatives de nos amis africains et le réaffirmera dans sa déclaration", a indiqué à la presse l'ambassadeur français Gérard Araud. "Nous sommes dans un rôle de soutien", a-t-il ajouté en soulignant qu'il appartient aux organisations régionales de s'occuper en priorité de ce dossier.

"Après les discussions de Libreville, nous verrons si l'ONU doit faire quelque chose mais fondamentalement ce sont les Africains qui sont à la manoeuvre et ils sont très actifs", a-t-il déclaré à l'issue de consultations à huis clos au Conseil sur la situation en Centrafrique.

Le projet de déclaration devrait être adopté "sans problème" car il y a "consensus au sein du Conseil", a estimé M. Araud.

Les 15 pays membres du Conseil de sécurité ont notamment entendu jeudi un compte-rendu de la situation sur le terrain fait par le secrétaire général adjoint de l'ONU aux Affaires politiques, Jeffrey Feltman.

avz/are