NOUVELLES
03/01/2013 11:17 EST | Actualisé 05/03/2013 05:12 EST

Al-Jazeera rachète la chaîne Current TV pour raffermir sa présence américaine

LOS ANGELES, États-Unis - Avec son rachat du réseau Current TV, la chaîne d'information panarabe Al-Jazeera a réalisé un rêve qui lui était cher depuis longtemps: celui de rejoindre des dizaines de millions de foyers américains. Mais son nouvel auditoire a immédiatement rétréci.

Le deuxième plus grand câblodistributeur américain, Time Warner Cable, a abandonné Current après que la transaction eut été confirmée mercredi, ce qui laisse croire que le réseau devra encore livrer quelques batailles avant de pouvoir étendre sa portée.

Time Warner Cable a précisé dans un communiqué que son entente avec Current avait été résiliée et qu'elle n'offrirait plus cette chaîne, un changement qui entrera en vigueur «aussi rapidement que possible».

Malgré tout, l'acquisition de Current — le réseau d'information cofondé par l'ex-vice-président américain Al Gore —, multiplie par neuf la portée d'Al-Jazeera aux États-Unis. Auparavant disponible que dans quelques grandes régions métropolitaines, notamment celles de New York et de Washington, il pourra maintenant capter l'attention d'environ 40 millions de foyers.

Al Gore a confirmé la transaction mercredi, affirmant dans un communiqué qu'Al-Jazeera partageait la mission de Current TV «de donner une voix à ceux qui ne sont habituellement pas entendus; de dire la vérité; de fournir des opinions indépendantes et diversifiées; et de raconter les histoires comme personne ne les raconte».

Al-Jazeera, détenue par le gouvernement du Qatar, prévoit transformer graduellement Current en un réseau appelé Al-Jazeera America en lui ajoutant entre cinq et dix nouveaux bureaux aux États-Unis — par rapport à cinq actuellement — et en embauchant davantage de journalistes.

Plus de la moitié du contenu sera composé d'actualités américaines et le siège social du réseau sera situé à New York, a précisé le porte-parole Stan Collender.

M. Collender a indiqué qu'il n'existait aucune règle contre la propriété étrangère d'une chaîne de télévision câblée — contrairement aux règles strictes qui limitent la propriété étrangère des chaînes télévisées diffusées gratuitement sur les ondes publiques. La décision de racheter Current a été prise en raison de la demande, a-t-il ajouté, précisant que 40 pour cent de la fréquentation du site internet anglophone d'Al-Jazeera provenait des États-Unis.

«Cela est une pure décision d'affaires qui repose sur la demande», a affirmé M. Collender. «Lorsque les gens regardent Al-Jazeera, ils ont tendance à beaucoup aimer cela.»

Avant son rachat par Al-Jazeera, Current TV était diffusé dans 60 millions de foyers américains. La chaîne est distribuée par Comcast, qui détient une participation de moins de 10 pour cent dans Current TV, ainsi que par DirecTV. Aucune des deux entreprises n'a indiqué qu'elle s'apprêtait à l'abandonner.

En 2010, le directeur exécutif de la branche anglophone d'Al-Jazeera, Tony Burman, a évoqué l'«hostilité» de l'administration Bush pour expliquer les hésitations des sociétés de câble et de satellite à diffuser la chaîne.

Malgré tout, Al-Jazeera a rapidement gagné un certain respect pour son habileté à produire des nouvelles sérieuses. Dans le communiqué annonçant la transaction avec Current, la chaîne met en valeur les nombreux prix de journalisme américains qu'elle a remporté en 2012, y compris le Robert F. Kennedy Journalism Award Grand Prize et le Scripps Howard Award pour le reportage télévisuel de fond.

Mais il pourrait y avoir un certain choc des cultures au sein de la chaîne. Dave Marash, un ancien reporter de «Nightline» qui a travaillé pour Al-Jazeera à Washington, a indiqué avoir quitté la chaîne en 2008 en partie parce qu'il y détectait un certain biais anti-américain.

De son côté, Current a fait ses débuts sur la scène télévisuelle en faisant la promotion de contenu généré par ses téléspectateurs. Elle s'est depuis transformée en chaîne de télévision parlée plus conventionnelle, avec une vocation politique plutôt libérale. M. Gore y travaillait comme analyste lors de la récente soirée d'élection présidentielle.

Les principales personnalités à l'oeuvre chez Current sont l'ex-gouverneur de New York Eliott Spitzer, l'ancienne gouverneur du Michigan Jennifer Granholm et l'ancien commentateur politique de MSNBC Cenk Uygur. Current avait recruté en 2011 Keith Olbermann comme principale tête d'affiche, mais celui-ci a quitté moins d'un an plus tard en mauvais termes avec la chaîne.

Current a été largement déclassée par MSNBC dans ses efforts pour s'imposer comme l'alternative libérale au principal réseau câblé d'information en continu, Fox News.

Fondée en 2005 par Al Gore et Joel Hyatt, Current TV devrait afficher un chiffre d'affaires de 114 millions $ en 2013, selon la firme de recherche SNL Kagan.