NOUVELLES
02/01/2013 04:41 EST | Actualisé 04/03/2013 05:12 EST

Wall Street débute l'année dans l'euphorie après l'accord budgétaire aux USA

La Bourse de New York a attaqué l'année 2013 en fanfare mercredi, soulagée par l'adoption à l'arraché la veille par le Congrès américain d'une loi écartant à court terme la menace d'une cure d'austérité forcée aux Etats-Unis: le Dow Jones a bondi de 2,35% et le Nasdaq de 3,07%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average s'est envolé de 308,41 points à 13.412,55 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 92,75 points à 3.112,26 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 s'est apprécié de 2,54% (+36,23 points), à 1.462,42 points.

Dans le sillage des places boursières asiatiques et européennes, Wall Street a accueilli avec euphorie mercredi l'adoption à la dernière minute mardi soir par le Congrès américain d'un texte permettant aux Etats-Unis d'éviter une collision avec un "mur budgétaire" redouté depuis des mois par les marchés.

"Tout ici n'est question que de l'accord sur le +mur budgétaire+", a commenté Peter Cardillo, de Rockwell Global Securities.

"Tous les fonds et les investisseurs institutionnels qui s'étaient écartés du marché ont essayé de revenir, maintenant que l'on a plus de clarté" sur la situation fiscale des contribuables américains, a-t-il souligné.

La loi n'augmente le taux d'imposition que pour les foyers aux revenus supérieurs à 450.000 dollars par an. Mais elle repousse seulement de quelques semaines d'autres dossiers épineux, avec le report de deux mois de l'échéance de coupes dans les dépenses publiques.

"Les marchés n'aiment pas l'incertitude et on a évité le spectre d'une chute dans une situation très, très dommageable pour l'économie" américaine, a commenté Gregori Volokhine, de Meeschaert New York.

D'autre part, "le fait que le seuil de revenus retenu soit de 450.000 dollars et non de 250.000 dollars (comme le souhaitait le président démocrate Barack Obama) rassure les détaillants sur les perspectives de consommation de la classe moyenne supérieure", a remarqué Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

"Et puis, c'est le début de l'année, des nouvelles liquidités arrivent sur le marché", renforçant l'humeur acheteuse des investisseurs, a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, la mauvaise surprise d'une baisse des dépenses de construction aux Etats-Unis en novembre après sept mois consécutifs de hausse était largement ignorée, d'autant que l'activité des industries manufacturières américaine a rebondi légèrement plus que prévu en décembre.

Le marché obligataire a nettement reculé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 1,839% contre 1,756% lundi et celui à 30 ans à 3,046% contre 2,952%. Mardi était un jour férié sur les marchés en raison du Nouvel An.

ppa/sl/are