NOUVELLES
02/01/2013 09:06 EST | Actualisé 04/03/2013 05:12 EST

Un consortium asiatique met la main sur 15 % d'ArcelorMittal Canada

LUXEMBOURG - Un consortium établi en Asie se porte acquéreur d'une participation de 15 pour cent dans la montréalaise ArcelorMittal Canada pour la somme de 1,1 milliard $ en espèces.

En vertu de la transaction, annoncée mercredi, un groupe dirigé par l'aciériste sud-coréen POSCO et la chinoise China Steel (CSC) se joindra à une coentreprise qui détiendra les actifs québécois de minerai de fer et les infrastructures d'ArcelorMittal.

Le consortium comprend d'autres investisseurs, qui n'ont pas été identifiés dans l'annonce.

Dans le cadre de l'entente, POSCO et CSC s'allieront à long terme dans l'exploitation de minerai de fer.

Le directeur des activités minières d'ArcelorMittal, Peter Kukielski, a fait valoir que le consortium représenterait un excellent partenaire dans l'expansion des activités au Canada.

L'entente est assujettie à plusieurs conditions, dont une approbation réglementaire par le gouvernement de Taïwan. Elle doit être conclue par deux versements qui auront lieu lors des deux premiers trimestres de 2013.

Des rumeurs voulant qu'ArcelorMittal soit intéressée à vendre une participation minoritaire dans ses actifs québécois de minerai de fer circulaient depuis l'automne.

Même si les observateurs expliquaient une telle entente par la faiblesse des prix et de la demande chinoise, les conditions ont changé depuis. Les prix du minerai de fer ont grimpé de près de 70 pour cent après avoir touché un creux de trois ans en septembre, et la demande chinoise est appelée à progresser en 2013.

ArcelorMittal a réduit son dividende en octobre, lorsqu'elle a affiché une perte pour son troisième trimestre attribuable au ralentissement en Chine.

Arcelor a aussi indiqué s'être engagée à réduire sa dette et à augmenter sa productivité et son efficacité. Le géant minier établi au Luxembourg a vu sa dette grimper de 1,2 milliard $ au cours du troisième trimestre, à 23,2 milliards $.

L'aciériste compte sur un portefeuille de plus de 20 mines en activités et en développement et certains médias ont indiqué que la société était prête à vendre une participation de jusqu'à 30 pour cent dans sa mine québécoise de Mont-Wright, obtenue lors de sa prise de contrôle de Dofasco, en 2006.

Selon des analystes de l'industrie, les investissements de partenaires pourraient être favorables aux plans annoncés en mai dernier par ArcelorMittal. Ceux-ci prévoient des dépenses de 2,1 milliards $ pour augmenter la production annuelle à 24 millions de tonnes, par rapport à 14 millions de tonnes, à l'installation près du Labrador.

Les aciéristes asiatiques pourraient être intéressés parce qu'ils cherchent à mettre la main sur des matériaux bruts. Même si les coûts de livraison du Canada vers l'Asie sont plus élevés que ceux depuis l'Australie, ils restent gérables, croient les analystes.

ArcelorMittal est une société minière intégrée oeuvrant dans plus de 60 pays.

En 2011, ses revenus atteignaient 94 milliards $ et sa production d'acier brut, 91,9 millions de tonnes, ce qui représente environ six pour cent de la production mondiale d'acier.