NOUVELLES
02/01/2013 11:40 EST | Actualisé 04/03/2013 05:12 EST

Sécurité renforcée pour une grande fête chiite en Irak après des attaques

Des dizaines de milliers de soldats et policiers ont été déployés dans la ville sainte de Kerbala en Irak pour le temps fort jeudi des célébrations d'une importante fête célébrée par la communauté chiite, cible d'attaques meurtrières ces derniers jours.

Mercredi encore, deux pèlerins chiites ont été tués et 8 blessés dans un attentat à la voiture piégée, alors qu'ils se rendaient à pied à Kerbala, à 110 km au sud de Bagdad, pour participer aux commémorations de l'Arbaïn culminant jeudi, selon des sources policière et médicale.

L'Arbaïn marque le 40e jour de deuil après les commémorations de la mort de l'une des figures les plus révérées du chiisme, l'imam Hussein, fils d'Ali et petit-fils de Mahomet, tué en 680.

De crainte de nouvelles attaques contre les pèlerins chiites, 35.000 soldats et policiers ont été déployés dans la région de Kerbala et des barrages routiers y ont été établis, avec une surveillance aérienne, ont indiqué des responsables.

Selon les autorités, quelque 15 millions de pèlerins y compris 600.000 étrangers venus de 30 pays auront participé, après le temps fort à Kerbala, aux célébrations commencées il y a dix jours.

Une foule de pèlerins de différentes régions d'Irak a convergé ces derniers jours vers la ville sainte, un grand nombre d'entre eux faisant le trajet à pied.

Ils ont été la cible d'attaques meurtrières non revendiquées, mais la communauté chiite, majoritaire en Irak, est souvent prise pour cible par des insurgés sunnites, notamment à l'occasion des fêtes religieuses.

Lundi, plusieurs attentats meurtriers à la bombe et aux obus ont visé des pèlerins chiites.

Ces violences surviennent notamment sur fond de tensions grandissantes entre le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki, accusé par ses détracteurs d'accaparer le pouvoir, et le bloc Iraqiya, une formation laïque soutenue par les sunnites, membre de la fragile coalition gouvernementale.

Les attentats restent très fréquents en Irak même s'ils ont nettement diminué depuis le pic des années 2006 et 2007 marquées par des violences confessionnelles particulièrement meurtrières.

bur-psr/tp/cnp