NOUVELLES
02/01/2013 04:28 EST | Actualisé 03/03/2013 05:12 EST

Les marchés réagissent bien au compromis sur le «précipice fiscal»

WASHINGTON - L'adoption in extremis d'un compromis évitant aux États-Unis de plonger dans le «précipice fiscal» a fait grimper les marchés mondiaux, mercredi, mais ne règle pas le problème du déficit massif du pays, laissant entrevoir dans les prochains mois d'autres batailles politiques sur les coupes dans les dépenses et le plafond de la dette fédérale.

Tous les principaux indices boursiers aux États-Unis ont pris au moins deux pour cent.

L'adoption d'un compromis accorde au président Barack Obama la plupart des hausses d'impôts aux plus riches en fonction desquelles il avait fait campagne. Mais l'issue permet aussi aux républicains de la Chambre des représentants d'éviter d'être blâmés pour avoir bloqué des réductions d'impôts pour la plus grande partie des ménages, bien que la plupart des élus républicains aient rejeté le compromis.

L'adoption de ce texte établit également les fondements des batailles à venir entre les deux partis concernant les dépenses au fédéral et le plafond de la dette.

Après de très longues tractations politiques, la Chambre des représentants des États-Unis a finalement adopté tard mardi le projet d'entente conclu la veille et adopté par le Sénat pour éviter le «précipice fiscal».

Le projet d'entente a reçu l'appui de 257 représentants, dont 85 républicains, tandis que 167 se sont prononcés contre, incluant 16 représentants du Parti démocrate.

M. Obama a affirmé en conférence de presse que cette loi se veut «un pas de plus dans un processus visant à renforcer l'économie du pays et accroître les opportunités pour tous».

En vertu de cet accord, le taux d'imposition des familles moyennes demeurera le même, alors qu'il augmentera pour les particuliers touchant un salaire annuel de plus de 400 000 $ US et pour les couples gagnant plus de 450 000 $ US par an. Les prestations de chômage seront prolongées pour un an. Sans cette prolongation, deux millions de chômeurs auraient perdu leurs prestations au début du mois de janvier.

Le projet de loi doit aussi augmenter l'impôt des plus aisés sur les gains en capitaux, et repousse de deux mois des milliards de dollars de coupes dans les dépenses des programmes prévues cette année.

Dans les deux camps, des voix ont déploré leur incapacité à en arriver à un accord significatif sur la réduction du déficit.

Les marchés financiers ont aussi bien réagi, mercredi, après que la Chambre des représentants des États-Unis eut adopté le projet d’entente entériné au préalable par le Sénat.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a bondi de 308,41 points à 13 412,55 points. L'indice composé du Nasdaq a pris 92,75 points à 3112,26 points et l'indice élargi S&P 500 a gagné 36,23 points à 1462,42 points.