NOUVELLES
02/01/2013 07:10 EST | Actualisé 04/03/2013 05:12 EST

Le nouveau gouverneur de Porto Rico veut s'attaquer au chômage et au crime

SAN JUAN, Porto Rico - Un nouveau gouverneur est entré en fonction mercredi à Porto Rico, marquant un revirement idéologique dans ce territoire américain qui tente de relancer son économie et de freiner les crimes violents.

Alejandro Garica Padilla a prêté serment sur une scène faisant face à l'océan, à l'extérieur du capitole de San Juan, devant des milliers de partisans de son parti, qui s'oppose à l'obtention du statut d'État américain pour Porto Rico.

Plusieurs dignitaires de la région assistaient à la cérémonie, dont le président de la République dominicaine, Danilo Medina, et des ministres d'Haïti, du Costa Rica et du Panama, notamment.

M. Garcia est un avocat âgé de 41 ans et un ancien sénateur local qui a défait par une mince avance le gouverneur sortant Luis Fortuno, favorable à l'obtention du statut d'État américain pour l'île. M. Garcia est notamment soutenu par les syndicats, qui se sont retournés contre M. Fortuno quand il a congédié plus de 20 000 employés du gouvernement pour diminuer le déficit budgétaire.

Le nouveau gouverneur a déclaré que l'une de ses priorités serait de créer des emplois. Le taux de chômage à Porto Rico est de 13 pour cent, soit plus que dans n'importe quel État américain.

M. Garcia a aussi affirmé que Porto Rico avait une dette publique plus élevée que ce qui avait été estimé précédemment et faisait face à une dégradation de sa cote de crédit. L'île a besoin de renforcer ses secteurs industriel et commercial, de soutenir sa production agricole et son taux de diplomation et d'améliorer ses systèmes d'éducation et de justice, a-t-il dit.

M. Garcia a également déclaré que Porto Rico devait s'attaquer à son taux de criminalité alarmant. L'île de quatre millions d'habitants a rapporté un nombre record de 1117 homicides en 2011, avec une très légère baisse en 2012.

«Ce sont des problèmes très, très sérieux», a déclaré le gouverneur. «Nous ne pouvons les minimiser ou les cacher.»