NOUVELLES
02/01/2013 01:48 EST | Actualisé 04/03/2013 05:12 EST

L'armée birmane admet avoir bombardé des positions des rebelles kachines

RANGOUN, Myanmar - L'armée birmane a admis mercredi avoir mené des frappes aériennes contre des rebelles de l'ethnie kachine dans le nord du pays, et affirme avoir pris le contrôle d'un poste au sommet d'une montagne à partir duquel les insurgés ont lancé des attaques contre des convois du gouvernement.

La déclaration, diffusée mercredi à la télévision publique, contredit la position prise par le gouvernement il y a deux jours, qui affirmait ne pas avoir mené d'attaques aériennes contre les Kachines. Elle soulève des questions sur la capacité du gouvernement réformiste du président Thein Sein à contrôler l'armée.

La ministre de la Défense, cité par la télévision publique, a déclaré que l'armée avait pris le contrôle, dimanche, d'un poste en montagne de l'Armée pour l'indépendance kachine (AIK) durant une opération de nettoyage d'une zone d'où provenaient des attaques contre des convois de ravitaillement des forces gouvernementales.

Le gouvernement tente de ravitailler sa base de Lajayang, située près du quartier général de l'AIK à Laiza, le dernier bastion majeur du groupe rebelle.

Le gouvernement avait lancé un ultimatum aux rebelles, leur demandant de libérer la route avant Noël afin qu'il puisse ravitailler sa base. Les Kachines ont rejeté l'ultimatum, craignant une attaque des forces gouvernementales contre leurs positions.

Le porte-parole de l'AIK, La Nan, a affirmé lundi que les fournitures envoyées aux troupes gouvernementales comprenaient des munitions et du riz.

«Nous allons bloquer tout convoi de l'armée qui transporte des armes et des munitions qui seront utilisées contre nous», a-t-il dit. «C'est la nature de la guerre.»

Chaque camp blâme l'autre pour la résurgence des combats dans la région autour de Noël.

Les Kachines, comme d'autres minorités ethniques de Birmanie, réclament une plus grande autonomie du gouvernement central. Les Kachines sont la seule minorité ethnique d'importance à ne pas avoir conclu de cessez-le-feu avec le gouvernement de Thein Sein, arrivé au pouvoir l'an dernier après près de 50 ans de régime militaire.