NOUVELLES
02/01/2013 12:34 EST | Actualisé 04/03/2013 05:12 EST

Inde: les élus accusés de crimes sexuels pourraient être suspendus

NEW DELHI - Les parlementaires indiens qui font face à des accusations d'agression sexuelle contre des femmes pourraient être suspendus de leurs fonctions si la plus haute cour du pays se prononce en faveur d'une demande en ce sens soumise après un viol collectif et un meurtre qui ont choqué les Indiens.

Six élus régionaux font face à des accusations de viol et deux parlementaires nationaux sont accusés de crimes contre des femmes, selon Jagdeep S. Chhokar, un responsable de l'Association pour les réformes démocratiques, qui traque les casiers judiciaires des candidats politiques.

La demande sera entendue jeudi par le plus haut tribunal du pays. Elle survient alors que la police se prépare à déposer des accusations formelles contre les six suspects du viol collectif et du meurtre d'une étudiante dans la capitale il y a deux semaines.

Le viol a provoqué l'indignation et poussé de nombreux Indiens à demander des lois plus strictes et une action policière plus énergique contre les personnes accusées d'agression sexuelle, ainsi qu'une campagne soutenue pour changer les perceptions de la société envers les femmes.

Dans le cadre de cette campagne, le juge en chef Altamas Kabir a accepté de se pencher sur une demande d'une administratrice gouvernementale retraitée, Pernilla Shanker, qui souhaite que la Cour suprême suspende tous les élus des assemblées fédérale et régionales qui font face à des accusations de crimes contre des femmes.

Mme Shanker a aussi demandé à la cour de forcer le gouvernement à traiter en priorité les milliers de dossiers de viol qui traînent depuis des années dans les dédales du système judiciaire.

Au cours des cinq dernières années, des partis politiques de partout en Inde ont nommé 260 candidats qui étaient en attente de leur procès pour des accusations de crimes contre les femmes, dont six candidats au Parlement national, selon Jagdeep S. Chhokar.

Mercredi matin, des milliers de femmes ont participé à une marche silencieuse près d'un monument à la mémoire de Mahatma Gandhi à New Delhi, munies de pancartes réclamant «respect» et «justice».