NOUVELLES
02/01/2013 04:15 EST | Actualisé 04/03/2013 05:12 EST

Des ONG soudanaises se disent victimes de "répression"

Des ONG de défense des droits de l'Homme soudanaises ont accusé mercredi les autorités d'entraver leurs activités, affirmant qu'elles se battraient pour défendre leurs droits.

Une coalition d'ONG a affirmé dans un communiqué être "la cible d'une campagne de répression menée" par les autorités, et a donné des exemples à l'appui de ses accusations.

Selon elle, les autorités ont fermé le Centre d'étude soudanais spécialisé dans les domaines des droits de l'Homme et de la culture, et des officiers ont battu des militants qui ont protesté contre cette fermeture ainsi que des journalistes couvrant leur sit-in.

Les autorités ont également retiré sa licence au centre Al-Khatem Adlan pour le développement humain, et ont interdit d'activité l'organisation des droits de l'Homme Arry qui oeuvre auprès des rebelles dans la région du Kordofan-Sud, a ajouté la coalition.

"Cela témoigne d'une campagne contre les ONG et la liberté d'expression. Nous allons nous battre (...) pour nos droits", a-t-elle assuré.

Un responsable du Parti du Congrès national au pouvoir, Rabih Abdelatti Ebeid, a cependant dit à l'AFP que le gouvernement soutenait les ONG "qui aident les gens", mais a dénoncé celles qui "ont un agenda" politique, "soutiennent les rebelles et incitent à oeuvrer contre le gouvernement".

it/tg/tp