NOUVELLES
31/12/2012 06:18 EST | Actualisé 02/03/2013 05:12 EST

Mort dans le métro de NYC: la suspecte était connue des autorités

NEW YORK, États-Unis - La famille de la femme accusée d'avoir poussé un immigrant indien devant un métro a appelé la police à plusieurs reprises, au cours des cinq dernières années, parce qu'elle ne prenait pas ses médicaments prescrits et qu'il était difficile de traiter avec elle, ont révélé les autorités lundi.

Erica Menendez est accusée du meurtre de Sunando Sen, un immigrant indien qui a été happé par un train dans Queens jeudi soir. Des témoins ont indiqué qu'une femme parlant tout haut s'était levée de son siège et l'avait poussé sur la voie alors que le train entrait en gare, avant de prendre la fuite.

La juge Gia Morris a ordonné que la femme âgée de 31 ans demeure détenue sans possibilité de libération sous caution et qu'elle se soumette à une évaluation psychiatrique.

L'accusée a dit à la police qu'elle avait poussé M. Sen, âgé de 46 ans, parce qu'elle croyait qu'il était musulman, et qu'elle déteste ces derniers, selon des procureurs. Les deux personnes ne s'étaient jamais rencontrées avant qu'elle ne pousse violemment M. Sen en bas du quai parce qu'elle «pensait que ce serait cool», ont ajouté les procureurs. La victime était hindoue, et non pas musulmane.

Il n'était pas clairement établi si Menendez souffrait officiellement d'un problème de santé mentale. Mais ses précédentes arrestations et ses problèmes avec les autorités dépeignent l'image d'une femme troublée.

Paul Browne, le porte-parole de la police de New York, n'a pas voulu dire quels étaient les médicaments que l'accusée devait prendre. Les autorités ont été appelées à cinq reprises à son domicile depuis 2005. Dans l'un de ces cas, a dit la police, elle a lancé un appareil radio en direction des agents sur place.

Menendez a également été arrêtée à plusieurs reprises, et ce dès son jeune âge.

En décembre 2003, par exemple, elle a été arrêtée pour possession de cocaïne. Menendez a ensuite été libérée sous conditions après avoir plaidé coupable.