NOUVELLES
31/12/2012 02:15 EST | Actualisé 02/03/2013 05:12 EST

Le président chypriote, sur le départ, fustige l'austérité à l'européenne

Le président chypriote Demetris Christofias a sévèrement critiqué lundi les mesures d'austérité radicales imposées par l'eurozone à son petit pays plombé par la crise grecque, en présentant pour la dernière fois ses voeux à ses concitoyens.

En pleine récession, Chypre vient d'adopter un budget 2013 marqué par une forte baisse des salaires des fonctionnaires et une hausse de nombreuses taxes, et négocie un plan de sauvetage de 17 milliards d'euros -- l'équivalent de son PIB -- avec l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

"Il faut reconnaître que les politiques mises en place à un niveau pan-européen n'ont pas réussi à apporter une solution aux problèmes économiques générés par la crise", a déclaré M. Christofias, qui ne sera pas candidat à sa propre succession lors de la présidentielle de février.

"Au contraire, elles ont relancé et aggravé le cycle de l'injustice économique et sociale", a-t-il souligné dans son discours télévisé.

La situation de nombreux pays européens "n'honore pas" l'UE, dont l'avenir "ne peut pas être la pauvreté, les privations, le chômage et les sans-logis", a encore dit M. Christofias, qui assurait encore pour quelques heures la présidence tournante de l'UE.

"Il faut une approche différente, qui mette l'accent sur le développement, la cohésion sociale et une solidarité réelle au sein de l'Union", selon lui.

M. Christofias a répété qu'il se retirait en raison de son échec à réunifier Chypre, tout en accusant la Turquie, dont les troupes occupent depuis 1974 un tiers du territoire de l'île, de faire traîner les discussions menées sous l'égide de l'ONU.

Mais le président communiste a aussi évoqué les réserves sous-marines de gaz récemment découvertes dans les eaux chypriotes et assuré que son mandat resterait dans l'histoire de l'île comme celui "où la prospective du gaz naturel s'est matérialisée et nous a donné de l'espoir pour nous-mêmes, nos enfants et nos petits-enfants".

cc/fc/tp