NOUVELLES
31/12/2012 08:03 EST | Actualisé 02/03/2013 05:12 EST

L'Asie et l'Europe célèbrent le passage à la nouvelle année

LONDRES - Des feux d'artifice grandioses ont illuminé plusieurs pays de la région Asie-Pacifique pour le passage à l'an 2013, mardi, tandis qu'en Europe, des festivités moins exubérantes qu'à l'habitude étaient organisées, avec l'espoir que la nouvelle année soit porteuse de bonnes nouvelles pour l'économie.

Les villes asiatiques ont lancé les festivités dans une atmosphère d'optimisme renouvelé. Des feux d'artifice ont coloré le ciel de Syndey, de Hong Kong et de Shangai. Même la Birmanie, longuement isolée, avait organisé un décompte public pour la première fois depuis des décennies.

Des célébrations étaient prévues partout dans le monde dans la nuit de lundi à mardi. À New York, un million de personnes étaient attendues à Times Square pour le décompte de minuit.

En Russie, la place Rouge de Moscou était remplie de spectateurs quand des feux d'artifice ont éclaté près du Kremlin pour accueillir la nouvelle année.

En Australie, la douce nuit d'été a été ponctuée par sept tonnes de feux d'artifice tirés à partir de toits et de barges à Sydney. Le spectacle pyrotechnique, dont le coût a été estimé à 6,9 millions $ US, a été présenté comme le plus important du monde pour le Nouvel An.

En Birmanie, après près de cinq décennies de régime militaire qui a découragé les gens de se rassembler dans les rues, quelque 90 000 personnes ont participé au premier décompte de minuit sur un grand terrain de Rangoun, la plus grande ville de pays.

«Nous avons l'impression d'être dans un monde différent», a dit Yu Thawda, une étudiante universitaire qui a participé aux célébrations avec trois de ses amis.

En Corée du Nord, des canons ont résonné à minuit à Pyongyang, où des milliers de personnes étaient massées dans les rues pour assister à un spectacle pyrotechnique sur le fleuve Taedong.

À New Delhi, en Inde, des bars et d'autres lieux publics ont annulé les festivités du Nouvel An après la mort, samedi, d'une étudiante victime d'un viol collectif particulièrement violent qui a scandalisé les Indiens. Les citoyens ont été invités à allumer des bougies pour exprimer leur solidarité avec la victime.

En Europe, les célébrations ont été moins extravagantes quà l'habitude. En Grèce, qui vivra en 2013 sa sixième année consécutive de récession, la nouvelle année a commencé par une grève de 24 heures des employés des transports en commun d'Athènes, qui protestent contre les coupes salariales imposées dans le cadre des mesures d'austérité du gouvernement.

Néanmoins, dans son discours télévisé du Nouvel An, le premier ministre Antonis Samaras a promis aux Grecs que le pire de la crise était passé et a déclaré que 2013 serait «une année d'espoir».

Au Vatican, le pape Benoît XVI a affirmé que malgré toutes les injustices dans le monde, la bonté prévalait. Dans son homélie, le pape a affirmé qu'il était parfois difficile de se rappeler que la bonté peut l'emporter quand les mauvaises nouvelles «font plus de bruit que les bonnes».