NOUVELLES
31/12/2012 09:25 EST | Actualisé 02/03/2013 05:12 EST

Des insurgés syriens font sauter un gazoduc dans l'est du pays

BEYROUTH - Le gouvernement syrien a blâmé les rebelles pour une explosion qui a visé lundi un gazoduc de l'est du pays, perturbant la distribution.

Une déclaration publiée par l'agence de presse officielle syrienne attribue l'attaque à un «groupe terroriste», le terme utilisé par le régime pour décrire les rebelles qui tentent de renverser le président Bachar el-Assad.

Selon l'agence SANA, l'explosion de lundi, survenue à environ 30 kilomètres de Deir el-Zour, a causé la perte de 1,5 million de mètres cubes de gaz. Le ministre du Pétrole a déclaré à l'agence que le gazoduc servait à alimenter des centrales électriques et une usine d'engrais. Des ingénieurs s'affairent à réparer la fuite, a indiqué le ministre.

Les rebelles ont plusieurs fois visé les infrastructures pétrolières et gazières de la Syrie dans une tentative de nuire aux finances du gouvernement. La semaine dernière, les insurgés auraient pris le contrôle du champ pétrolifère d'Al-Tanak, qui se trouve aussi dans l'est du pays.

À Damas, le premier ministre syrien Wael al-Halqi a admis lundi les difficultés de son gouvernement, les attribuant aux sanctions internationales «injustes» imposées à la Syrie et aux attaques des rebelles contre les infrastructures.

«Les groupes terroristes armés ont visé des institutions productives de services et causé d'énormes dommages à l'économie nationale et à la vie quotidienne des citoyens», a-t-il dit.

M. Al-Halqi a indiqué que le gouvernement tentait de rouvrir les installations pétrolières pour subvenir aux besoins des Syriens.

Les rebelles ont affronté les forces gouvernementales dans plusieurs régions du pays lundi. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, des combats ont eu lieu dans le nord, ainsi que dans la ville de Homs et dans les banlieues du sud-est de Damas.

L'organisation affirme que 11 rebelles ont été tués à Moadamiyeh, en banlieue de Damas. Huit autres personnes, dont quatre enfants et une femme, ont également perdu la vie dans des tirs d'artillerie lourde de l'armée dans le quartier Al-Marjah d'Alep.