NOUVELLES
30/12/2012 09:42 EST | Actualisé 01/03/2013 05:12 EST

"Mur budgétaire": Obama accuse les républicains d'intransigeance

Barack Obama a fait peser sur les républicains la responsabilité de la crise du "mur budgétaire", affirmant dans un entretien diffusé dimanche que le refus de ses adversaires de voir les impôts des Américains les plus aisés augmenter expliquait le blocage actuel.

Alors que les élus du Congrès négociaient un accord pour tenter d'éviter in extremis l'entrée en vigueur mardi d'une cure de rigueur brutale, le président des Etats-Unis a assuré sur NBC que les républicains n'arrivaient pas à accepter l'idée que "les impôts des Américains les plus riches devraient augmenter un petit peu".

M. Obama, qui depuis sa réélection début novembre négocie avec les républicains un accord qui éviterait l'entrée en vigueur automatique de hausses d'impôts généralisées et de coupes claires dans les dépenses de l'Etat, a déploré que la protection des revenus des contribuables les plus aisés "semble être leur seul thème unificateur".

"Ils disent que leur priorité est de faire en sorte de traiter sérieusement du déficit, mais la façon dont ils se comportent semble montrer que leur seule priorité est de faire en sorte que les allègements fiscaux des Américains les plus riches soient protégés", a-t-il martelé lors de cet entretien accordé à l'émission "Meet the press" et enregistré samedi.

Alors que les chefs de file républicain et démocrate du Sénat tentaient dimanche d'accoucher d'un compromis de dernière minute acceptable aussi bien par cette assemblée aux mains des démocrates que la Chambre où les républicains dominent, M. Obama s'est gardé de tout pronostic.

"J'étais modestement optimiste hier (vendredi, NDLR) mais il n'y a apparemment pas encore d'accord", a-t-il noté.

tq/mdm