NOUVELLES
30/12/2012 12:15 EST | Actualisé 01/03/2013 05:12 EST

Les forces de sécurité ouvrent le feu lors d'une manifestation sunnite en Irak

BAGDAD - Les gardes du corps et les forces de sécurité chargés de protéger un politicien sunnite ont ouvert le feu sur des protestataires lors de manifestations dans l'ouest de l'Irak, faisant au moins deux blessés.

Il s'agit des premières blessures à signaler depuis le début de ces manifestations sunnites, il y a plus d'une semaine.

Certains des manifestants demandaient que le politicien traqué, le vice-premier ministre Saleh al-Mutlaq, quitte le gouvernement dominé par les chiites.

Les images vidéo captées lors des événements témoignent du chaos qui régnait sur les lieux. On y voit des centaines de personnes en colère pourchasser l'entourage du politicien en lançant des roches et des bouteilles pendant que des tirs de fusils résonnent tout autour d'eux.

Le bureau de Saleh al-Mutlaq considère l'incident comme une tentative d'assassinat attribuable à des «parias» qui se trouvaient parmi la foule de manifestants. Dans un communiqué transmis dimanche, le bureau du politicien a par ailleurs déclaré que plusieurs de ses gardes du corps ont été blessés et que certains véhicules du convoi ont été endommagés.

Les sunnites irakiens laissent éclater leur colère depuis plusieurs jours, car ils estiment être traités comme des citoyens de deuxième classe par le gouvernement à majorité chiite.

Les manifestations semblent témoigner de la force d'un mouvement de protestation tenace qui semble gagner des appuis parmi les sunnites, dont les griefs ont augmenté à la suite d'arrestations et de poursuites vues comme des moyens de consolider encore davantage le pouvoir chiite.