NOUVELLES
30/12/2012 12:17 EST | Actualisé 01/03/2013 05:12 EST

Deux morts dans une explosion dans une église en Libye

Une explosion a fait deux morts et deux blessés samedi soir dans une église copte (chrétiens d'Egypte) près de la grande ville portuaire de Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli, a annoncé dimanche à l'AFP un diplomate égyptien.

"Deux hommes égyptiens ont été tués et deux autres ont été blessés", a déclaré le diplomate à l'ambassade d'Egypte à Tripoli, sous couvert de l'anonymat, sans pouvoir dire dans l'immédiat s'il s'agissait d'un accident ou d'un attentat.

L'explosion s'est produite samedi à 23H30 dans l'église de Mar Gerguis (Saint Georges) à Dafniya, dans la province de Misrata. "Nous avons été informés à 6H00" dimanche matin, et "le consul (d'Egypte) s'est rendu immédiatement à Misrata pour connaître les détails. Nous n'avons pas encore d'information claire", a-t-il ajouté.

Auparavant, un responsable de sécurité à Misrata avait annoncé un bilan d'un mort et trois blessés, tous Egyptiens, dans l'explosion dans l'église. Selon le diplomate égyptien, l'un des blessés a succombé à l'hôpital.

"L'enquête est en cours", a ajouté le responsable de sécurité, sans préciser l'origine de l'explosion.

Une autre source de sécurité a déclaré que l'explosion avait eu lieu "pendant des prières".

Dafniya est une ville située à 30 km à l'ouest de Misrata, où des brigades d'anciens combattants rebelles ont établi un important barrage.

Avant la révolte de 2011, la Libye comptait environ 6,3 millions d'habitants, parmi lesquels environ 1,5 million de migrants africains dont beaucoup ont fui les combats qui ont provoqué la chute et la mort de Mouammar Kadhafi.

Les chrétiens, toutes confessions confondues, représentaient moins de 3% de la population. La plupart d'entre eux sont étrangers, dont une grande partie d'Egyptiens, où les Coptes sont la plus importante minorité religieuse.

L'insécurité est une source d'inquiétude grandissante en Libye, où les nouvelles forces policières et militaires, en pleine restructuration, peinent à faire face aux milices fortement armées nées pendant le conflit de 2011.

En août, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a cessé ses opérations à Misrata après une attaque contre la résidence de son personnel.

Parallèlement, le pays a connu une série d'attaques attribuées à des islamistes radicaux. La plus meurtrière a coûté la vie à quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens, le 11 septembre au consulat des Etats-Unis à Benghazi (Est).

str-dsg/hkb/fc/vl