NOUVELLES
30/12/2012 10:48 EST | Actualisé 01/03/2013 05:12 EST

Attaque de Benghazi: "il y a eu un énorme problème" de sécurité, admet Obama

Le président Barack Obama a reconnu dimanche que l'enquête sur les circonstances de l'attaque contre le consulat américain de Benghazi en Libye qui avait fait en septembre quatre morts dont l'ambassadeur, avait mis en lumière "un énorme problème" de sécurité.

"Nous ne cherchons pas d'excuses", a-t-il déclaré dans une interview enregistrée samedi et diffusée sur NBC dimanche, ajoutant: "Nous n'allons pas dire qu'il y a pas eu de problème, il y a eu un énorme problème".

Des groupes lourdement armés ont pénétré dans le consultat américain de Benghazi le 11 septembre. Quatre Américains avaient été tués dans l'attaque, dont l'ambassadeur Chris Stevens.

L'opposition républicaine a vertement critiqué le président Obama et son administration pour les failles dans la sécurité avant l'attaque et les explications avancées ensuite.

M. Obama a indiqué dimanche que toutes les recommandations faites dans un rapport très critique à l'égard du département d'Etat sur l'attaque de Benghazi seraient mises en oeuvre. Le président a aussi dit que les services américains traquaient ceux qui sont responsables de l'attaque.

"Concernant les responsables de cette attaque, une enquête est en cours. Le FBI (la police fédérale ndlr) a dépêché des agents en Libye à plusieurs reprises", a précisé le président. "Nous avons de très bonnes pistes", a-t-il assuré, sans plus de précision.

M. Obama a aussi pris la défense de son ambassadrice à l'ONU Susan Rice, accusée par des élus républicains, notamment le sénateur John McCain, d'avoir trompé le public et le Congrès en attribuant dans un premier temps l'attaque à un mouvement spontané de foule lié à la diffusion sur internet d'un film islamophobe.

Mme Rice était considérée comme favorite pour succéder à Hillary Clinton à la tête de la diplomatie américaine mais s'est finalement retirée sous le feu des attaques des républicains.

"Elle (Mme Rice) a rapporté à plusieurs reprises devant les caméras de télévision ce que nous pensions être les meilleures informations (sur l'attaque ndlr) à ce moment-là", a insisté M. Obama.

"Cette attaque contre elle était purement politique", a-t-il ajouté affirmant que "parmi tous les membres de mon équipe de sécurité nationale, elle était probablement celle qui avait le moins à voir avec ce qui s'est passé à Benghazi."

dc-js/mdm