NOUVELLES
30/12/2012 02:23 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

À l'approche du Cap Horn

Le cap Horn, que les premiers concurrents du Vendée Globe devraient passer mardi, est la marque de parcours la plus mythique et la plus redoutée d'un tour du monde à la voile, celle qui fait fantasmer tous les marins.

Selon les organisateurs de la course, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) et/ou François Gabart (Macif), qui se relaient aux commandes du Vendée Globe, devraient passer la longitude du « cap dur », mardi, vers 20h (19h UTC).

Le « Horn » est le plus prestigieux des grands caps de cette régate planétaire de quelque 25 000 milles, loin devant ceux de Bonne-Espérance (Afrique du Sud) et Leeuwin (sud-ouest de l'Australie).

Situé à l'extrémité sud du continent sud-américain, il marque la séparation entre les océans Pacifique et Atlantique. Il tire son nom de la ville néerlandaise de Hoorn, qui avait armé deux navires - l'Eendracht et le Hoorn - pour explorer ces contrées au début du 17e siècle.

Cocktail de dangers maritimes

Il a ensuite longtemps été emprunté par les navires de commerce qui se rendaient d'Europe en Asie (et retour), avant le percement du canal de Panama.

Le cap Horn lui-même est une falaise de 425 m, très sombre, sur une île longue de 6 km et large de 2 km. Le gouvernement chilien y maintient une petite station, comprenant une résidence, un bâtiment technique, une chapelle et un phare. Les seuls habitants sont le gardien du phare et sa famille.

Positionné par 56 degrés de latitude sud, le Cabo de Hornos (en espagnol) rassemble un cocktail de dangers maritimes uniques au monde: vents violents, mers énormes, températures glaciales et donc présence d'icebergs ou de blocs de glace flottant entre deux eaux.

Les vents, qui soufflent presque exclusivement d'ouest en est, font à ces latitudes le tour de la Terre sans rencontrer d'obstacles et peuvent donc souffler très fort.

Les trains de dépressions se succèdent, même pendant l'été austral comme actuellement, entraînant avec eux une houle qui peut atteindre des hauteurs exceptionnelles. Des « vagues scélérates » d'une trentaine de mètres ont été signalées.

Agence France-Presse