NOUVELLES
29/12/2012 09:57 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

Un déplacement des réfugiés somaliens au Kenya mettrait leur santé en péril

NAIROBI, Kenya - La santé de milliers de réfugiés somaliens sera menacée si ces derniers sont déplacés des zones urbaines jusqu'à un important complexe de camps situé près de la frontière entre le Kenya et la Somalie, prévient une organisation humanitaire internationale.

Un peu plus tôt ce mois-ci, le gouvernement kenyan a décidé que tous les réfugiés et demandeurs d'asile devaient retourner aux camps de réfugiés. Cette mesure a été perçue comme un moyen de faire rentrer les réfugiés somaliens au vaste complexe de camps Dabaab.

Des attentats à la bombe et des fusillades ont marqué les derniers mois au Kenya, et ces attaques ont souvent été attribuées aux sympathisants des militants somaliens.

Dans un communiqué publié vendredi, Médecins Sans Frontières (MSF) a soutenu que «tout nouvel afflux dans ces camps exercerait une pression supplémentaire sur une situation déjà très précaire».

Le camp de Dabaab, qui devait accueillir un nombre maximal de 90 000 réfugiés, ne suffit plus à la demande.

Par ailleurs, au nord du Kenya, où se trouvent le camp, la saison des pluies «relance le risque de maladies et d’épidémies auprès d’une population déjà vulnérable», a signalé MSF.

«En raison de l’insécurité présente dans les camps, MSF travaille aujourd'hui dans des conditions extrêmes et ne pourra pas accroître son assistance en cas de nouvel afflux de population dans les camps», a déclaré dans ce communiqué la Dre Elena Velilla, chef de mission MSF au Kenya.