NOUVELLES
29/12/2012 10:39 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

«Précipice fiscal»: les yeux sont tournés vers les leaders du Sénat

WASHINGTON - Après des semaines d'impasse, les leaders du Sénat américain tentent d'élaborer une ultime entente afin d'éviter aux citoyens des États-Unis de plonger tout droit dans le «précipice fiscal», une combinaison de hausses d'impôts et d'importantes coupes budgétaires.

Impatient, le président Barack Obama a exhorté samedi les législateurs à conclure un accord, même si celui-ci ne parvient pas à combler les attentes que les leaders du Congrès et lui-même entretenaient.

Sans entente, a-t-il dit lors de son allocution télévisée hebdomadaire, «le chèque de paie de tous les Américains sera plus petit».

Le président Obama a en outre fait valoir que le Congrès pouvait empêcher cela de se produire, à condition qu'il agisse immédiatement.

Au terme d'une rencontre à la Maison-Blanche, vendredi, le leader de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, et le leader de la minorité républicaine, Mitch McConnell, avaient annoncé qu'ils s'engageaient dans d'intenses négociations avec la Maison-Blanche pour trouver un accord.

Les leaders du Sénat pourraient présenter une législation aux sénateurs dès dimanche. Un vote pourrait se tenir dimanche ou lundi.

La Maison-Blanche et le Congrès se retrouvent dans cette situation à cause de leur incapacité, ou de leur manque de volonté, à s'attaquer au problème du déficit budgétaire au cours des dernières années. La division du Congrès complique la situation.

Si le Congrès n'arrive pas à s'entendre sur un accord large, il devrait autoriser un vote sur un accord limité qui maintiendrait les baisses d'impôts pour les Américains de la classe moyenne et prolongerait les prestations des chômeurs de longue durée, tout en continuant de travailler pour établir les bases d'un accord plus vaste, a déclaré vendredi M. Obama.