NOUVELLES
29/12/2012 10:39 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

Le régime d'Assad n'a pas de place dans la Syrie future (président égyptien)

Le régime du président Bachar al-Assad n'a pas de place dans la Syrie future, a affirmé samedi le président égyptien Mohamed Morsi, réitérant l'opposition de son pays à une intervention militaire dans ce pays, où un conflit a fait 45.000 morts en 21 mois.

"Il n'y a pas de place pour l'actuel régime dans la Syrie future", a déclaré M. Morsi devant le Sénat, insistant sur l'importance de "préserver l'unité du territoire syrien dans son intégralité".

Le président égyptien a également fait part de son "opposition à toute intervention militaire en Syrie qui aggraverait les crises (auxquelles fait face) le peuple syrien", préférant la recherche "d'une solution politique avec un appui et un consensus arabe, régional et international."

M. Morsi avait proposé en août la formation d'un groupe de contact régional comprenant l’Égypte, l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Turquie, dans le but de résoudre la crise en Syrie.

"La fin de l'effusion de sang syrien et le (...) retour des réfugiés syriens dans leur mère patrie" sont des priorités pour l'Egypte, a également précisé M. Morsi, dont le pays accueille près de 150.000 réfugiés syriens, selon les statistiques du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

"La Syrie sera unie, libre et indépendante, et personne ne parlera en son nom si ce n'est les représentants légitimes du peuple syrien", a-t-il ajouté.

L'Egypte n'a pas reconnu comme représentante légitime du peuple syrien la Coalition de l'opposition, formée en novembre à Doha.

ht/tg/hj