NOUVELLES
29/12/2012 04:23 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

Enfants disparus: les familles vivent difficilement le temps des Fêtes

MONTRÉAL - Si le temps des Fêtes rime avec «familles» pour bien des Québécois, celles ayant perdu la trace d'un enfant au cours de l'année vivent ces jours-ci une période particulièrement difficile.

Ainsi, l'organisme Enfant-Retour note avoir reçu un nombre accru de demandes de soutien depuis la fin de l'automne.

En entrevue, samedi, sa directrice générale Pina Arcamone s'est néanmoins réjouie de constater que 59 dossiers de disparitions prolongées d'enfants se sont réglés au cours de l'année 2012, référant notamment à Sabrina Beauchamp et à Prudence Joel Noundjeu, deux adolescents retrouvés au cours des derniers jours.

Selon Mme Arcamone, environ 7000 disparitions d'enfants sont traitées chaque année par les autorités policières québécoise. La grande majorité d'entre eux sont toutefois retrouvés dans les heures qui suivent leur signalement.

Enfant-Retour a enregistré 80 dossiers de disparitions prolongées en 2012. L'organisme s'avère toutefois dans l'impossibilité de dire combien de mineurs sont actuellement portés manquants au Québec.

Les recherches se poursuivent à tout le moins dans plusieurs dizaines de cas, dont ceux très médiatisés de Cédrika Provencher, à Trois-Rivières, et de David Fortin, à Alma.

Le dossier de Julie Surprenant, disparue en 1999, demeure également ouvert. Mme Arcamone rappelle cependant que la coroner Catherine Rudel-Tessier a conclu, dans son rapport déposé en novembre, que l'adolescente a probablement été enlevée et assassinée par le prédateur sexuel Richard Bouillon, qui aurait avoué son crime sur son lit de mort, en 2006.