NOUVELLES
29/12/2012 01:28 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

Assaut rebelle contre un camp militaire du nord de la Syrie (ONG)

Les rebelles ont lancé samedi un assaut contre un camp militaire clé dans le nord-ouest de la Syrie où ils cherchaient toujours à prendre le contrôle d'un aéroport militaire, a rapporté une ONG.

Plus au sud, l'armée syrienne s'est emparée d'un quartier de Homs, grande ville du centre du pays frappée par une grave crise humanitaire en raison du siège imposé à plusieurs secteurs, selon l'Oservatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), les rebelles ont lancé un assaut contre le camp militaire de Hamidiyeh, a indiqué cette ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins.

Des combats ont éclaté entre l'armée et les insurgés, pour la plupart des membres du groupe jihadiste Front al-Nosra, dans ce camp où des fortes explosions ont été entendues.

"Plusieurs soldats de ce camp ont fait défection ces derniers jours et aujourd'hui, un groupe de militaires a rejoint la rébellion", a déclaré à l'AFP le président de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

"Les rebelles pourraient prendre ce camp très bientôt. Après ça, il leur sera plus facile de s'emparer de la base de Wadi Deif", a-t-il ajouté.

Hamidiyeh est situé à deux km au sud de Wadi Deif, l'une des dernières bases militaires encore aux mains de l'armée régulière dans le nord du pays.

Les rebelles ont resserré leur étau autour de cette base depuis le 9 octobre, après s'être emparés de la ville proche de Maaret al-Noomane, située sur la route stratégique reliant Damas et Alep, la deuxième ville du pays.

Samedi, le Front al-Nosra et d'autres mouvements rebelles ont lancé des attaques au mortier sur Wadi Deif et les forces du régime ont répondu avec des frappes aériennes sur les alentours de la base, selon l'ONG.

Toujours dans le Nord, des avions ont bombardé les environs de l'aéroport militaire de Menagh, situé à 30 km au nord-ouest d'Alep. Les rebelles étaient entrés jeudi dans l'enceinte de l'aéroport et de violents combats y avaient eu lieu, selon l'OSDH.

Les rebelles cherchent depuis août à s'emparer de cet aéroport, d'où décollent les hélicoptères et les avions qui mènent des raids sur Alep.

Encore samedi, des avions ont bombardé cette ville, a indiqué l'OSDH dont le président a fait état par ailleurs de "raids aériens intenses dans tout le pays".

Des frappes ont notamment été recensées dans plusieurs secteurs près de Damas, notamment à Daraya (sud-ouest) où des combats ont fait rage entre les rebelles et l'armée qui tente de reprendre cette ville.

A Homs, "l'armée a lancé il y a plusieurs jours une offensive sur le quartier de Deir Baalbeh (nord) (...) au terme de laquelle les rebelles se sont retirés", a expliqué l'OSDH.

La ville, ancien coeur industriel du pays, avait été la cible en février d'une offensive de grande ampleur de l'armée, qui avait pilonné des zones résidentielles, tuant quelque 700 personnes, en majorité des civils.

En fin de soirée, l'OSDH, citant des informations non confirmées, a fait état de dizaines de morts à Deir Baalbeh suite à l'intervention de l'armée.

A l'ouest de Homs, des bombardements et des combats ont eu lieu au Krak des Chevaliers, un château fort de l'époque des croisades, dont l'armée tente de reprendre le contrôle, selon l'OSDH.

Des affrontements ont également eu lieu près d'une raffinerie de pétrole de la province de Raqa (nord).

Dans la province de Deraa (sud), des dizaines de véhicules militaires assiégeaient Basr al-Harir, dont les rebelles viennent de prendre le contrôle après 48 heures de combats.

Au moins 81 personnes -- 43 civils, 15 rebelles et 23 soldats -- ont péri samedi dans les violences, selon un décompte provisoire de l'OSDH.

Depuis le début de la révolte contre le président Bachar al-Assad, en mars 2011, qui s'est transformée au fil des mois en guerre civile, plus de 45.000 personnes ont péri, selon cette même ONG.

am/vl