NOUVELLES
29/12/2012 06:05 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

Une femme soupçonnée d'avoir poussé un homme devant le métro est arrêtée

Radio-Canada.ca

NEW YORK, États-Unis - Une femme qui a dit à la police avoir tué un homme en le poussant devant un métro de New York parce qu'elle déteste les musulmans depuis les attentats du 11 septembre 2001, et pensait qu'il en était un, a été accusée samedi d'avoir commis un meurtre motivé par la haine, ont indiqué des procureurs.

Erika Menendez a été accusée d'avoir tué Sunando Sen, un immigrant indien qui a été happé par un train dans l'arrondissement Queens, jeudi soir. Il s'agit du deuxième événement mortel du genre à survenir dans la métropole américaine ce mois-ci.

Menendez, âgée de 31 ans, attendait la mise en accusation, samedi soir, a indiqué le procureur du district de Queens, Me Richard Brown. Si elle est reconnue coupable, elle est passible d'une peine de 25 ans de prison. Il n'était pas clair si elle disposait d'un avocat, et elle ne pouvait être rejointe, puisqu'elle était en cellule.

L'accusée, qui a été arrêtée après qu'un passant l'ait reconnue après avoir visionné les vidéos de surveillance de l'incident, a admis avoir poussé la victime, qui a été propulsé par l'arrière, ont dit les autorités.

«J'ai poussé un musulman en bas du quai parce que je hais les hindous et les musulmans depuis 2001, lorsqu'ils ont fait tomber les tours jumelles, je [m'en prends à eux] depuis», a déclaré Menendez à la police, selon le bureau du procureur de district.

M. Sen était originaire de l'Inde, mais il n'a pas été possible de savoir s'il était hindou ou musulman. L'homme de 46 ans vivait dans Queens et possédait une imprimerie. Il a été poussé d'un quai sur une ligne liant Manhattan et Queens. Des témoins ont indiqué qu'une femme parlant tout haut s'est levée de son siège et l'a poussé sur la voie alors que le train entrait en gare, avant de prendre la fuite.

Les deux ne s'étaient jamais rencontrés auparavant, ont assuré les autorités, et des témoins ont révélé à la police que les deux individus n'avaient pas interagi sur le quai.

La police a publié des vidéos de surveillance la montrant prendre ses jambes à son cou. Samedi, un passant a remarqué dans Brooklyn une femme qui ressemblait à celle de la vidéo et a appelé la police. Les autorités ont confirmé son identité et l'ont emmenée au poste, où elle a fait des déclarations l'impliquant en lien avec crime, a fait savoir Paul Browne, porte-parole de la police de New York.

Selon le procureur de district, de telles remarques haineuses contre les musulmans et les hindous ne peuvent être tolérées.

Le 3 décembre, un homme d'origine coréenne a été poussé devant un train à la station de métro de Times Square. Un sans-abri a été arrêté en lien avec cette affaire. Il affirme avoir agi en état de légitime défense et attend son procès.

Vendredi, le maire de New York, Michael Bloomberg, avait demandé aux résidants de la métropole américaine de placer le plus récent incident dans une juste perspective. La nouvelle de ce sordide crime est survenue au moment où M. Bloomberg annonçait fièrement une diminution des homicides et des crimes perpétrés à l'aide d'armes à feu à New York en 2012.

«Il s'agit d'une histoire très tragique, mais nous devons nous concentrer, aujourd'hui, sur le niveau de sécurité qui prévaut à New York», a-t-il tenu à dire, après avoir participé à une cérémonie de graduation dans une académie de police.