NOUVELLES
29/12/2012 03:59 EST | Actualisé 28/02/2013 05:12 EST

Alberta: élève arrêté pour des menaces sur Facebook, aurait abordé Sandy Hook

MEDICINE HAT, Alta. - Un homme du sud de l'Alberta âgé de 18 ans a été accusé d'avoir proféré des menaces sur Internet faisant référence à la tuerie perpétrée dans une école primaire du Connecticut plus tôt ce mois-ci.

Les policiers de Medicine Hat ont lancé une enquête le lendemain de Noël sur les commentaires que l'adolescent aurait publiés sur Facebook.

Les enquêteurs ont indiqué que son commentaire incluait des remarques sur la fusillade mortelle de Newtown, au Connecticut, ainsi que des menaces envers une école de Medicine Hat.

Les policiers ont qualifié les commentaires du jeune homme de «dérangeants», mais ils n'ont pas donné davantage de détails sur ses propos dans un communiqué publié vendredi soir.

Le suspect a été arrêté et accusé d'avoir fait des menaces et d'avoir publié des propos obscènes.

Il est détenu en attendant sa comparution, lundi.

Les policiers n'ont pas identifié le suspect ni l'école. Ils n'ont pas non plus précisé si le suspect était un élève de l'école qu'il menaçait.

Il s'agit de la deuxième fois en un peu plus d'une semaine qu'un jeune a été accusé d'avoir fait des menaces envers une école albertaine.

Un jeune homme de 17 ans, élève à la Ponoka Composite High School au sud d'Edmonton, a été arrêté le 21 décembre pour avoir proféré des menaces.

Les écoles de la région ont été mises en confinement barricadé pendant que l'adolescent a été arrêté chez lui. La police a saisi deux carabines et des munitions.

Le jeune a été libéré sous caution, vendredi.

Il y a eu une série d'annulations de cours et de fermetures d'école en lien avec des menaces le même jour que l'arrestation de Ponoka.

Une de ces fermetures a eu lieu à Medicine Hat, où les cours ont été annulés à l'école secondaire Crescent Heights parce qu'un élève en a entendu un autre parler de violence à l'école.

Les responsables ont indiqué qu'il y avait peu de risques dans cette affaire.