Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Moscou presse le régime syrien de dialoguer avec l'opposition

La Russie a appelé ce vendredi matin le gouvernement de Damas à mettre ses actes en conformité avec ses paroles et à faire le « maximum » pour concrétiser ses intentions de dialoguer avec l'opposition en vue de résoudre le conflit.

« Nous incitons activement la direction syrienne à concrétiser autant que possible sa volonté affichée de dialoguer avec l'opposition », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à l'issue d'une rencontre avec son homologue égyptien, Mohamed Amr. Il avait reçu auparavant un vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad.

De son côté, l'envoyé spécial de l'Onu et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, qui était à Damas en début de semaine, où il s'est entretenu notamment avec Bachar al Assad, sera reçu demain à Moscou par le ministre Lavrov. M. Brahimi a une nouvelle fois appelé à la formation d'un gouvernement de transition jusqu'à l'organisation d'élections en Syrie.

La Russie a bloqué jusqu'ici avec la Chine tous les projets de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant le président Bachar al-Assad et ouvrant la porte à des sanctions voire au recours à la force.

Moscou se défend cependant de soutenir le régime en place, auquel elle vend des armes, et déclare défendre le droit international et craindre le chaos et le terrorisme.

« La communauté internationale ne doit inciter ni l'une ou l'autre partie à la violence ou poser des conditions préliminaires », a ajouté M. Lavrov.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, basé à Londres, le conflit en Syrie a fait plus de 45 000 morts en 21 mois.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.