NOUVELLES
28/12/2012 10:59 EST | Actualisé 27/02/2013 05:12 EST

L'État pakistanais veut retrouver des policiers enlevés dans le nord-ouest

PESHAWAR, Pakistan - Des responsables pakistanais ont fait pression sur des chefs tribaux, vendredi, pour aider à secourir 23 policiers qui auraient été enlevés par les talibans lors d'attaques contre leurs postes dans la région tribale violente du nord-ouest du pays.

Également vendredi, des missiles tirés par un avion sans pilote américain ont tué quatre militants présumés sur un site d'entraînement ailleurs dans cette région reculée, qui sert de principal sanctuaire à Al-Qaïda et aux combattants talibans au Pakistan, ont indiqué des responsables des services de renseignement.

Les 23 policiers ont disparu avant l'aube, jeudi, lorsque des militants armés de lance-roquettes et d'armes automatiques ont attaqué deux postes de police dans la région tribale de Darra Adam Khel. Deux autres policiers ont également été tués lors des attaques.

De hauts responsables politiques ont tenu une rencontre, vendredi, dans la ville de Peshawar, principale agglomération du nord-ouest, avec des aînés des deux villages où ont eu lieu les attaques, a indiqué l'administrateur gouvernemental Naveed Akbar Khan. La loi tribale stipule que les anciens peuvent être punis pour des attaques qui surviennent dans leur voisinage.

Les responsables ont donné jusqu'à lundi à ces aînés pour secourir les policiers disparus et arrêter les coupables, a précisé M. Khan. Dans le cas contraire, les autorités pourraient entre autres réduire les allocations mensuelles fournies par le gouvernement. Les aînés ont annoncé qu'ils feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour aider, a ajouté M. Khan.

Les forces de sécurité ont également lancé une opération pour tenter de retrouver les policiers disparus.